Le rapport de la Banque mondiale a été déposé à l’Assemblée nationale par le ministre de l’Energie et des Utilités publiques cette semaine. Il passe notamment en revue nos besoins énergétiques ainsi que nos capacités de production d’électricité actuelles et futures. Les experts de la World Bank recommandent, entre autres :

– d’optimiser les calendriers d’entretien des centrales du Central Electricity Board et des Independent Power Producer ;

– de renégocier le Power Purchase Agreement (PPA) avec CEL Beau Champ pour 2015 et 2016. L’Etat a d’ores et déjà indiqué que des discussions sont en cours pour un  « bridge » PPA d’une durée de trois ans, jusqu’en 2018.

– d’accélérer les procédures pour équiper la station de St Louis de nouvelles unités.

– d’appliquer un programme de baisse de tension d’urgence sur l’ensemble du réseau en 2016 et 2017, afin de pouvoir mieux gérer les besoins durant les pics de consommation.

La Banque mondiale recommande aussi la tenue de consultations publiques sur notre politique énergétique.

Les experts notent également que selon les méthodes et procédures adoptées pour le plan d’expansion de la production dans le cadre de l’Integrated Electricity Plan 2013-2022 pour Maurice, l’apport des énergies renouvelables, avec une production intermittente durant les heures de pointe, est considéré comme nul. Poursuivre dans cette voie, préviennent-ils, reviendra à décourager ce genre d’entreprise.

[Lire le rapport dans son intégralité ici.]

Il était justement question de la station de St Louis au Parlement, hier. Et notamment des nombreuses plaintes pour pollution faites par le Mouvement civique de Plaine-Lauzun. Ivan Collendavelloo, ministre de l’Energie et des Utilités publiques, a déclaré que le CEB a rencontré le Mouvement civique et les autres forces vices de la région le 4 juin dernier. Ces derniers ont été informés que les vieux moteurs Pielstick seront supprimés en 2017 avec l’installation de nouveaux modèles à la station. Le 22 juin, le Mouvement civique avait servi une injonction exigeant que le CEB stoppe toute installation de nouvelles machines.

Depuis la mise en opération de la centrale thermique de St Louis, explique Ivan Collendavelloo, la région a connu un développement important. Le CEB a, de plus, pris en considération les soucis environnementaux des habitants. A ce jour, quatre Pielstick opèrent à une capacité de 6 MW. Trois Wartsila de 13,8 MW tournent depuis 2006 et selon les normes environnementales. En sus de cela, la station équipée de nouveaux moteurs de 60 MW. Avec l’utilisation prochaine du gaz naturel liquéfié (LNG), soutient le ministre, ces nouveaux engins pourront être adaptés pour fonctionner avec ce combustible. L’appel d’offres a été lancé par le CEB et s’étend jusqu’au mois d’octobre.

Plusieurs facteurs ont aussi été pris en compte, notamment le bruit et l’air, pour la conception de la station. Le CEB a aussi procédé à un contrôle de l’air avec l’assistance de la Mauritius Cane Industry Authority. Les émissions, précise Ivan Collendavelloo, sont conforment aux normes environnementales.

Alors que le député Veda Baloomoody, à l’origine de cette interpellation parlementaire, souhaitait des éclaircissements sur la situation actuelle, en particulier sur le niveau du bruit après la mise en marche des moteurs, le ministre de l’Energie a répondu que l’utilisation des vieux équipements comporte des risques. Mais que : « Nous ne pouvons pas provoquer de black-out dans cette région ». Il a ajouté attendre avec impatience l’acquisition des nouveaux moteurs.

Le chef de fil du PTr, Shakeel Mohamed, a voulu savoir si le CEB peut auto-évaluer le taux de pollution. Ivan Collendavelloo a expliqué que « des vérifications sont faites afin de contrôler l’air, mais pas de façon régulière ». Suite à une question de Mahen Jhugroo, le ministre a aussi fait savoir que des actions seront entreprises afin de résoudre le problème de pollution. « Je n’aime pas jouer au ‘blame game’. Il y avait bien un manque d’énergie au sein du ministère de l’Energie », a assuré Collendavelloo.

(Texte mis à jour pour inclure les débats parlementaires sur la centrale de St Louis)