« Il est grand temps pour l’État de mettre au point un protocole actualisé qui définit clairement la nature et l’étendue » des relations entre l’Etat, les religions et les cultures. Pour le Conseil des religions, une « loi-cadre » sur cette question « doit être traitée d’urgence ».

Les commentaires du Conseil des religions interviennent dans le sillage des propos de Viren Ramdhun, président de la Hindu House, durant les célébrations de la fête Maha Shivratri. Celui-ci s’en était pris violemment à la presse lors d’une cérémonie à laquelle assistait le Premier ministre, et affirmé que « lakanpagn ki fer eleksion ».

Le Conseil des religions salue le fait que le chef du gouvernement ne prenne pas la parole à l’occasion de « cérémonie cultuelle ou religieuse ». Une discrétion synonyme de « neutralité dans la sphère publique », poursuit le communiqué, et « un modèle à imiter par tous les décideurs ».

Le Conseil déplore également « les attaques récurrentes contre les médias et les journalistes ».

Lire le communiqué dans son intégralité ici.

Photo (archives) : Père Philippe Goupille, président du Conseil des religions.

Note : Cet article a été modifié ce 8 mars à 11h et le terme « loi-ordre » remplacé par « loi-cadre ». Le communiqué a été remplacé par une version mise à jour ce matin.