Le Conseil des religions s’élève contre les commentaires racistes visant les sinistrés de Berguitta publiés sur les réseaux sociaux durant ces derniers jours. Ces propos, écrit le père Goupille (photo) dans une lettre ouverte au Premier ministre, sont signes que «cette paix sociale» et ce «respect mutuel» pour lesquels notre pays est reconnu «demeurent précaires et sensibles».

«L’élan de solidarité de la part des ONG et de différents corps religieux, de même que votre présence et celle de vos ministres sur le terrain ont témoigné de la grande force de cohésion sociale dont nous sommes capables», souligne le président du Conseil des religions. Néanmoins, poursuit, «les dérapages à relent raciste et communal (…) sont inacceptables».

Le Conseil des religions se dit solidaire de la personne qui a porté plainte contre les auteurs de ces commentaires. Et de noter que : «Ces réfugiés appartiennent, pour la plupart, à une frange spécifique de la population mauricienne la plus souvent touchée par ces évènements et par la misère. Même si la misère n’est pas exclusive à la communauté créole, il est un fait que cette communauté se sent souvent exclue et discriminée.»

 

Le Conseil des religions au Premier ministre: «Les dérapages à relent raciste et communal inacceptables» by ION News on Scribd