Follow Us On

Slider

Les juristes étaient divisés sur la question. Les uns estimant que la présidente de la République peut instituer une commission d’enquête de son propre chef. Les autres affirmant qu’elle ne peut le faire qu’après une demande du Premier ministre.

Ameenah Gurib-Fakim semble toutefois avoir tranché la question. Selon nos recoupements, c’est sans l’avis du Premier ministre qu’elle a mis en place une commission d’enquête, ce 16 mars. Elle a chargé la commission, placée sous la présidence de sir Hamid Moollan, d’enquêter d’une part sur l’attribution des permis d’opération aux entreprises d’Alvaro Sobrinho à Maurice. D’autre part, sur la fuite de documents bancaires et enfin sur l’utilisation de la carte de crédit mise à la disposition de la présidente par le Planet Earth Institute.

Hier, durant notre émission spéciale, Ajay Daby, Reza Uteem et Assad Peeroo avaient des avis divergents sur la capacité de la présidente de la République à instituer une commission d’enquête.

Sollicité pour une réaction, le bureau du Premier ministre nous a seulement fait savoir qu’Anil Gayan, agissant comme porte-parole du gouvernement, rencontrera la presse ce samedi 17 mars.

Ameenah Gurib Fakim ordonne l’institution d’une commission d’enquête sur l’affaire Sobrinho by ION News on Scribd

Facebook Comments