Le mardi 15 avril est à marquer d’une pierre blanche pour la communauté des transgenres en Inde. La Cour suprême de la Grande péninsule a demandé à l’Etat de la reconnaître officiellement comme « troisième sexe ». « Chaque être humain a le droit de choisir son sexe », a statué la plus haute instance de justice de l’Inde.

« L’esprit de la Constitution indienne est de donner les mêmes possibilités à chaque citoyen pour grandir et atteindre son potentiel, peu importe sa caste, sa religion ou son genre », précise la Cour suprême. Les transgenres auront également le droit d’adopter des enfants.

Vivant le plus souvent en marge de la société indienne, les hijra connaissent des conditions de vie très précaires et subissent des discriminations au quotidien. Alors que le terme signifie littéralement « eunuque », il désigne aussi bien les transsexuels que les travestis en Inde. Une communauté estimée à plus de deux millions de personnes et qui, l’année dernière, a enfin eu droit à la carte d’électeur.

Ce jugement est certes progressiste. Mais il ne faut pas oublier qu’en décembre dernier, la Cour suprême indienne a de nouveau criminalisé l’homosexualité, maintenant une loi datant de l’ère coloniale qui juge « contre nature » les relations sexuelles entre personnes du même sexe.

Source :RFI, Yahoo! News, The Washington Post, www.dw.de

Invalid Displayed Gallery