Imaginez : un canapé qui peut grandir pour accommoder vos pieds. Une table qui s’autogénère comme une plante, en étant arrosé et exposé au soleil. Ce qui semble relever de la science-fiction pourrait bien devenir réalité… dans quelques années. Une équipe de la Massachusetts Institute of Technology (MIT) tente de développer des « matériaux vivants » qui pourraient être utilisés pour fabriquer des objets de tous les jours.

« Nous essayons de créer des matériaux vivants que les gens pourront utilisés à la place des matériaux inertes populaires aujourd’hui », explique Timothy Lu, professeur associé à la MIT. Cette méthode de production pourrait être plus écologique et nécessitera moins d’énergie. L’objectif est donc de tirer profit de la biologie tout en minimisant l’intervention humaine.

Les chercheurs ont fait un premier pas vers la création de substances vivantes. La bactérie E.Coli a été modifiée pour former des bioflims qui peuvent être contrôlés en ajoutant des produits chimiques. « En choisissant quand et où nous ajoutons ces produits, nous pouvons créer des biofilms produisant différents matériaux », souligne Liu. Des biofilms ont aussi été créée pour retenir des nanoparticules d’or qui peuvent alors transporter de l’électricité, poursuit le chercheur.

Il y a cependant plusieurs obstacles. D’abord, cette méthode ne sera pas maîtrisée avant plusieurs années, peut-être une dizaine. Ensuite, subsistent les questions de réglementations mais aussi sociales : les gens pourraient être réfractaires, dans un premier temps, à ce genre d’objets. En tout cas, il faudra attendre avant d’avoir une chemise qui se répare toute seule.

Source : Mashable – Photo : MIT