C’est une technique rare. Jusqu’ici, elle n’avait été utilisée que sur des enfants. Des chirurgiens de Sydney, Australie, ont annoncé ce vendredi 24 octobre avoir greffé avec succès des cœurs « morts » sur des patients adultes. C’est-à-dire, des cœurs arrêtés qui avaient cessé de battre. Cette technique, une première mondiale, devrait permettre de sauver au moins 30 % de personnes de plus.

Les médecins du Victor Chang Cardiac Research Institute ont annoncé qu’ils avaient pratiqué l’opération sur trois patients en utilisant des cœurs arrêtés. L’institut de Sydney, spécialisé dans les maladies cardiovasculaires, a affirmé dans un communiqué : « Le cœur du donneur était arrêté pendant près de 20 minutes avant d’être ressuscité et transplanté avec succès. »

Les chirurgiens estiment que c’est là une véritable percée au niveau du don et de la transplantation d’organes. Jusqu’à présent, la transplantation s’effectue avec des organes de donneurs en état de mort cérébrale dont le cœur bat toujours. En raison des délais de préservation très limités, le temps entre le moment où le cœur est prélevé et celui de la greffe est donc capital.

L’opération des trois patients traités à l’hôpital St Vincent a été possible grâce aux avancées technologiques. Notamment le développement d’une solution pour préserver le cœur par le Victor Chang Cardiac Research Institute.

La première transplantation a été faite sur Michelle Gribilas, 57 ans et alitée avant l’opération à cause d’une insuffisance cardiaque congénitale. « J’ai l’impression d’avoir 40 ans. J’ai beaucoup de chance », a déclaré l’habitante de Sydney qui a même commencé un parcours de 3 km de marche. Michelle Gribilas souffrait d’une insuffisance cardiaque congénitale, comme Jan Damen, autre patient à avoir subi une transplantation selon cette technique. Toujours convalescent à l’hôpital, le père de famille de 44 ans est en bonne santé. S’il dit penser souvent à son donneur, l’ex-menuisier déclare avoir « hâte de retrouver la vraie vie ».

Sources : Mashable, The Guardiam. The Australian, News.com.au

Photo (AAP via News.com.au) : Michelle Gribilas et Jan Damen remerciant le Dr Kumud Dhital, chirurgien qui a pratiqué l’intervention.