Kofi Annan n’a pas survécu à la maladie. Les proches du diplomate ghanéen ont annoncé son décès ce samedi. Prix Nobel de la paix en 2001 pour son travail au niveau humanitaire, Kofi Annan avait servi comme 7e secrétaire général des Nations Unies entre 1997 et 2006, soit durant deux mandats. Il a rendu son dernier souffle dans un hôpital de Bern, en Suisse, pays où il s’est installé. Né à Kumasi, au Ghana, il avait pris de l’emploi au sein de l’organisme onusien dès 1962, en tant que cadre administratif au sein de l’Organisation mondiale de la Santé, à Genève. A la tête des opérations de maintien de la paix à la fin des années quatre-vingt-dix, il avait aussi été très critiqué pour l’échec des Nations Unies à arrêter le génocide rwandais. En 2006, en quittant son poste, il a accusé l’administration de George W. Bush de violation de droits humains sous couvert de lutte antiterroriste. Premier secrétaire général issu de l’Afrique subsaharienne et le premier à être issu de l’organisation, il est aussi celui qui a contribué à le rendre plus présent sur la scène internationale. Une semaine de deuil, à partir de lundi, a été décrétée au Ghana pour lui rendre hommage.