Si les chiffres paraissent impressionnants : 115 fermes contaminées et environ 65 000 volailles devant être éliminées, la réalité du terrain est plus rassurant. C’est ce qu’explique Thierry de Spéville, directeur général d’Avipro, qui rappelle que c’est à peine un jour de la consommation nationale de poulet qui a été contaminé à la salmonellose.

Thierry de Spéville estime que le problème reste circonscrit. Car, d’une part, les fermiers concernés ont pris les précautions nécessaires pour endiguer la consommation. Et, d’autre part, le ministère de l’Agro-industrie, notamment avec l’aide du plus gros producteur local de poulet, Avipro, a passé en revue les normes de sécurité des fermes pour minimiser la possibilité d’autres contaminations.

Présents dans les selles humaines et animales, certains types de bactérie de la salmonelle peuvent causer diarrhée et vomissements chez les personnes contaminées. L’une des précautions les plus efficaces pour lutter contre la bactérie consiste à se laver les mains avant et après la manipulation de la viande. Et, surtout, de bien la faire cuire, car la bactérie ne résiste pas à la cuisson.