Dans l’entretien exclusif qu’il a accordé à ION News à Paris, le propriétaire du groupe BAI affirme que malgré toutes les critiques de la part du gouvernement, deux tentatives de deal ont bien eu lieu avec lui.

La première, connue, portait sur la cession de tout le groupe BAI pour une roupie. Dawood Rawat révèle la seconde à ION News. Selon lui, elle se serait déroulée le 20 avril à Paris, lors d’une rencontre entre lui, Sattar Hajee Abdoula (nommé administrateur par la BAI) et Swadeck Taher (dirigeant du groupe). Le fondateur du groupe BAI affirme pouvoir étayer ses dires, car il dit détenir une bande sonore des discussions qui ont eu lieu ce lundi-là.

Fait étonnant, Dawood Rawat affirme que lors de la rencontre, Sattar Hajee Abdoula ne s’est pas présenté à lui comme administrateur nommé par la BAI, mais comme un envoyé de Pravind Jugnauth. « Il m’a expliqué que si je cède une ou deux propriétés, toute l’affaire s’arrêtera là. » Avant d’expliquer que Sattar Hajee Abdoolah était en contact avec le leader du MSM durant la rencontre pour le tenir au courant de l’avancée des discussions. « Sattar Hajee Abdoula a parlé à Pravind Jugnauth [au téléphone] devant moi. »

Contacté par ION News pour fournir sa version des faits sur sa rencontre avec Rawat et son lien allégué avec Pravind Jugnauth, Sattar Hajee Abdoula a été laconique : « Ma mission avec la BAI est terminée. Je n’ai aucun commentaire à faire. »

Quant à Pravind Jugnauth, son service a été informé des propos de Dawood Rawat depuis dimanche. Malgré plusieurs relances, nous n’avons pas eu la version des faits du ministre des Technologies et de la Communication au moment de mettre en ligne cette partie de l’entretien.

Retrouvez le 3e volet de l’entretien ce vendredi. Celui-ci est consacré aux explications de Dawood Rawat sur l’ascension fulgurante de son groupe durant ces 20 dernières années et les accusations de malversations et de Ponzi pesant contre lui.

La première partie de l’entretien peut être vue ici.