Quel était le rôle de Dass Appadu quand Ameenah Gurib-Fakim recevait des invités à la State House ? Le représentant légal de l’ancienne présidente de la République s’y est intéressé, hier, quand le témoin a révélé que la locataire du château du Réduit a convié à déjeuner le CEO de Planet Earth Institute et l’ancien patron de la Financial Services Commission (FSC).

Le juge Asraf Caunhye, qui préside la commission d’enquête chargée de faire la lumière sur les agissements de la présidente, a autorisé le Senior Counsel à contre-interroger le témoin, lors de l’audition du 17 janvier en Cour suprême.

Pendant une quinzaine de minutes, l’ancien bras droit d’Ameenah Gurib-Fakim à la State House, Dass Appadu, a dû répondre à de nombreuses de questions de MHervé Duval. Le Senior Counsel a surtout interrogé le Permanent Secretary du ministère de la Fonction publique sur son «scheme of duties» ainsi que son rôle vis-à-vis de l’ex-présidente dans son rôle d’hôtesse.

Mauricio Fernandes était, certes, CEO de Planet Earth Institute mais aussi le bras droit de l’homme d’affaires Álvaro Sobrinho. Le Portugais a d’ailleurs été n2 de l’Alvaro Sobrinho Africa Group. Au moment des déjeuners auxquels était aussi convié Padassery Kuriakose Kuriachen de la FSC, le groupe avait fait des demandes de permis d’opération auprès de la FSC.

Dass Appadu, a relevé Me Duval, «must ensure the accommodation of all guests». Mais pour l’ancien secrétaire à la présidence, il existe une différence entre un déjeuner privé, sur lequel il n’avait pas son mot à dire, et un déjeuner d’Etat.

Le Senior Counsel a aussi été interrogé quant à ses conseils à Gurib-Fakim sur ses missions à l’étranger. Le président du Bar Council a mentionné un voyage de l’ex-présidente à Londres, en compagnie de Dass Appadu et deux officiers de la VIPSU dont le déplacement a été approuvé par le bureau du Premier ministre. Elle avait été invitée par l’ONG d’Álvaro Sobrinho, Planet Earth Institute, à prononcer un discours lors d’une conférence dans la capitale britannique, en 2015.

«I would believe that under your competency, you would oversee this well», a noté Me Duval. «Would you agree that she told you all about invitations and advise her if it’s proper to attend?» a voulu savoir le représentant légal d’Ameenah Gurib-Fakim.

«Any kind of background check you did before the delegation went there?» a-t-il encore demandé. Dass Appadu hésite, puis hausse les épaules. Cette conférence, répond le haut fonctionnaire, était secondaire : l’ex-présidente devait principalement assister à un événement scientifique.

Agacé, Me Duval lui lance : «Why are you pretending that you had nothing to do for that mission, don’t you advise?» Dass Appadu ne répond pas. L’avocat d’Ameenah Gurib-Fakim demande alors que la séance se poursuive un autre jour.

Les prochaines auditions sont prévues les 6 et 8 février prochains.