On en est encore chaviré. Après l’opération Vire Mam, on a découvert le nom du ministre des Arts et de la Culture. Et voici l’inconnu, méconnu, jamais vu mais pourtant très en vue… Dan Baboo.

Et comme on vient de le découvrir dans la circonscription au no 16 (circonscription Vacoas/Floréal) aux côtés de Nando Bodha, Dan Baboo est un néophyte dans l’hémicycle. Une nouvelle tête parmi les 33. Avec le portefeuille des Arts et de la Culture, ce sera une « occasion pour [lui] de continuer à servir le pays ». « Je remercie mon leader, Xavier-Luc Duval, pour la confiance placée en moi. J’attends d’intégrer le ministère pour prendre connaissance du travail qu’il y a à accomplir. Je vais travailler pour le pays », a-t-il déclaré.

Le pays, surtout la culture, a besoin de personnes qui travaillent pour lui. On ne va pas se plaindre, on ne voulait pas de Choonee, c’est chose faite. Dan Baboo arrive avec une vision plus jeune, on l’espère. Et bien que l’on ne sache pas grand-chose sur la personne, on ne va pas braquer sur lui nos regards de colère, mais plutôt lui donner le temps de s’installer et d’observer ses gestes.

Même s’il n’a aucun background culturel, il n’est pas dit que le ministre doit être artiste. On souhaite juste qu’il ait une sensibilité artistique mais aussi une compréhension de la chose culturelle sans tomber dans les dérives socioculturelles, en oubliant les arts.

Ce gouvernement promet de virer la tendance ancienne, donnons le temps à ce ministre de faire ses preuves. Ensuite, on fera le bilan pour dire si Dan Baboo a su intégrer ce ministère et accomplir sa mission.

A savoir s’il sera plus à l’écoute de son prédécesseur, qui se prenait pour un docteur de la culture…. Etre à l’écoute des acteurs culturels est important dans le processus de développement de l’industrie culturelle d’ici. Il faudrait aussi s’entourer de bons conseillers. Savoir danser le séga ne fait d’aucun un bon conseiller.

Dan Baboo est notre ministre des Arts et de la Culture. Riye Mam !