Les auditions dans le procès intenté à Ajay Gunness et Dhaneshwar Soobrah se suivent et se ressemblent. L’avocat de l’ancien ministre des Infrastructures publiques a, en effet, demandé un renvoi du procès au 12 septembre prochain afin qu’il puisse soumettre ses « written submissions » aux magistrats Azam Neerooa et Vijay Appadoo. Il est reproché aux deux accusés d’avoir procédé à la rénovation de l’ancien bureau de ministre de Gunness dans des conditions irrégulières.

Poursuivi en vertu de l’article 7 de la Prevention of Corruption Act [Public Official using his office for gratification], Gunness et Soobrah, l’ancien directeur général de la Development Works Corporation, font face à la justice depuis bientôt 7 ans. Le procès a traîné en longueur dans un premier temps suite au départ du premier magistrat pour les Seychelles. Toutefois, au moment de la reprise du procès, les avocats des deux défendeurs, Ivan Collendavelloo pour Gunness et Gavin Glover pour Soobrah, ont soulevé une série de points de procédure.

Ainsi, fin novembre 2011, les magistrats Ratna Seetohul Toolsee et Asha Ramano Ega avaient déjà rejeté une première requête des accusés demandant l’arrêt de leur procès. La défense était revenue à la charge en février 2012 afin de réclamer l’arrêt du procès en invoquant le fait que son client n’avait pas eu droit à un procès équitable à cause de la longueur de la procédure judiciaire. Une requête à nouveau refusée par la Cour intermédiaire.

En juin, la défense a déposé une nouvelle demande d’annulation du procès. Celle-ci a été examinée deux fois en août avant un renvoi pour ce mardi 2 septembre, afin qu’Ivan Collendavelloo présente ses « written submissions » aux deux magistrats. Toutefois , Collendavelloo n’étant pas prêt à soumettre sa plaidoirie écrite, le procès a été renvoyée au 12 septembre.

Le fait que ce procès traîne en longueur ne devrait pas avoir de conséquences politiques pour Ajay Gunness, qui est pressenti pour être candidat du MMM à Montagne-Blanche-Grande Rivière-Sud-Est ( No 10). Même si le procès cause un léger embarras à sa hiérarchie, celle-ci ne manquera pas de souligner que Pravind Jugnauth est également poursuivi en ce moment en vertu de la Prevention of Corruption Act.