C’est à 20h30 et à l’unanimité que la motion présentée par le Premier ministre a été adoptée à l’Assemblée Nationale. C’est dans une ambiance plutôt cordiale que les membres de l’opposition et du gouvernement ont débattu hier sur la retransmission en direct des travaux parlementaires.

En ouvrant les débats, Sir Anerood Jugnauth a dit sa fierté et sa satisfaction de présenter une motion « historique. » Il a expliqué que celle-ci marque une étape décisive dans la concrétisation de la promesse de son gouvernement d’ouvrir le Parlement au public et lui donner un accès libre aux débats et autres activités de l’assemblée. « Il n’y a qu’une seule formule pour les démocraties, d’œuvrer pour la franchise et la transparence,» a-t-il ajouté.

Sir Anerood Jugnauth a rappelé que le Select Committee a conclu que les avantages de la retransmission en direct l’emportent de loin sur les inconvénients. Et que l’Assemblée nationale doit donc rapidement prendre les mesures nécessaires pour pouvoir retransmettre en direct ses travaux. Le chef du gouvernement a aussi évoqué l’institution d’un Broadcasting Committee dont la responsabilité principale demeurera le contrôle de la diffusion.

Paul Bérenger a félicité le Select Committee pour son travail en notant les réactions unanimes dans l’hémicycle. Le leader de l’opposition a néanmoins souhaité que l’implémentation se fasse vite tout en admettant qu’il y a peu de choses à améliorer dans ce qu’a proposé le comité parlementaire. Toutefois, commentant le collaborative approach avec la MBC, il a clamé que celle-ci étant « pire » que jamais, il serait souhaitable de couper tout lien avec elle.

Des suggestions ont été faites sur le Broadcasting Committee. Il a ainsi été proposé qu’à l’instar du Public Accounts Committee, ce soit un membre de l’opposition qui le préside. Celui-ci étant désigné, de préférence, selon Paul Bérenger par le deputy speaker. Alternativement, Paul Bérenger suggère que le président soit nommé par le Premier ministre en consultation avec le leader de l’opposition.

Quatorze autres intervenants ont pris la parole lors du débat dont Alan Ganoo, Shakeel Mohamed, Mahen Jhugroo, Joseph Leopold, Malini Sewocksing et Anil Gayan. Ils ont tous loué l’initiative de retransmettre les travaux en direct. Un pas supplémentaire vers la transparence, ont-ils estimé. Cependant, plusieurs interrogations ont aussi été soulevées. Notamment sur le comportement des membres de l’Assemblée nationale se sachant filmés. Certains allant se demander s’ils ne se conduiront pas en « stars » devant les caméras. Ils se sont également inquiétés du fait que les caméras ne montrent les députés dans des situations embarrassantes, piquant, par exemple, un petit somme. D’autres ont également milité pour l’introduction du Kreol comme langue acceptée pour les travaux parlementaires.

Shakeel Mohamed s’est lui demandé pourquoi ne pas montrer toutes les images. « Pourquoi autant de timidité ? ». Si la presse peut rapporter tout ce qui se passe, et même les accrochages entre parlementaires alors pourquoi ne pas diffuser toutes les images, a-t-il argué. Le chef de file du Parti Travailliste au Parlement n’a aussi pas manqué de critiquer la radiotélévision nationale en affirmant que c’est « dans l’ADN de la MBC » de ne pas être juste et équitable. Roshi Bhadain a pour sa part expliqué que cette étape est un moyen pour la MBC de « redorer son blason. » Il a aussi martelé qu’il n’y a aucun intérêt à ce que les images soient restreintes. « Nous devons avoir une transparence totale. Laissons les gens voir ce que font leurs élus. »  Tout en disant sa désapprobation à ce que les travaux parlementaires se déroulent en Kreol.

Nando Bodha, le président du Select Committee a précisé que la MBC restera simplement un moyen de retransmission si jamais son expertise technique est utilisée pour retransmettre les travaux parlementaires. Car, rappelle Bodha, c’est une unité de production sous la responsabilité du Speaker qui procédera à la diffusion des images. Elles seront envoyées à la MultiCarrier Mauritius Ltd puis à la MBC pour la retransmission. La MBC aménagera également une chaîne dédiée aux travaux parlementaires. Il y aura aussi une collaboration avec les radios privées ainsi que les sites web d’information pour qu’ils puissent retransmettre les travaux en direct de même que la Private Notice Question ou la Prime Minister’s Question.

Donnant des détails techniques, le président du comité parlementaire a expliqué qu’il y aura cinq caméras dans l’hémicyle, une toujours braquée sur le speaker. Cependant, il ajoute que c’est le directeur de la Broadcasting Unit qui décidera des images à être diffusées. « En cas de troubles, les caméras doivent être sur le speaker,» a-t-il précisé. Avant d’assurer que le public entendra toujours ce qui se passe autour et les radios privées auront l’enregistrement sonore. Nando Bodha a également révélé que l’aménagement d’un petit studio est envisagé. Afin que des programmes spéciaux puissent être filmés et diffusés durant les pauses.

C’est dans une atmosphère décontractée que les débats ont pris fin. Alors que le discours d’Alan Ganoo s’éternisait, ses collègues des deux côtés de la chambre l’encourageaient à abréger en lancant « pe fin », les plus moqueurs suggérant « bizin dedie enn channel pou twa ». A un autre moment c’est la nouvelle cordialité entre Rajesh Bhagwan et son « good friend » Roshi Bhadain qui a déclenché l’hilarité. Le Chief Whip Mahen Jhugroo suggérant aux deux compères de fonder une « Bhagwan Bhadain Corporation ».