Pour Dewan Quedou, la décision de remplacer le National Pensions Fund (NPF) et le National Solidarity Fund (NSF) par la Mauritius National Investment Authority (MNIA) est «unilatérale» et «aberrante». Cette décision suscite la crainte selon le président du Conseil des syndicats, car il croit savoir que la MNIA n’accueillera pas les représentants des employés comme c’est actuellement le cas au NPF et au NSF.

Reeaz Chuttoo s’oppose à ce que les contributions des salariés soient investies dans des entreprises «en connivence avec les décideurs politiques». Le conseil demande ainsi au ministre de la Sécurité sociale d’ouvrir de nouvelles discussions. Faute de quoi, Chuttoo prévient que les syndicats manifesteront devant le bureau d’Etienne Sinatambou.