Arrêté deux fois pour possession de cannabis, les avoirs de Veer Luchoomun ont été gelés depuis sa première condamnation pour possession de drogues. C’est ce qu’a expliqué le Premier ministre suite à une question du député travailliste Osman Mahomed sur le frère de la Parliamentary Private Secretary (PPS) Sandhya Boygah.

La première détention de Luchoomun date du 24 mai 2007. Ce jour-là, 20,5 grammes de cannabis avaient été saisis à son domicile lors d’une perquisition de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU). Ce n’est que cinq jours plus tard qu’il a été remis en liberté sous caution.

Le 26 décembre 2007, le bureau du Directeur des poursuites publiques décide de poursuivre Veer Luchoomun pour drug dealing, avec l’intention de vendre du cannabis, de le cultiver et de détenir du matériel pour fumer cette drogue. L’année suivante, il est condamné à payer trois amendes pour les trois accusations, soit Rs 20 000, Rs 2 000 (finalement pour possession de graines de cannabis) et Rs 8 000.

Deuxième arrestation

Luchooman est arrêté une nouvelle fois le 18 mars 2011 toujours suite à une perquisition de l’ADSU à son domicile. Cette fois-là, 10,3 grammes de cannabis sont retrouvés dans sa maison. Cela lui vaut un nouveau séjour d’une semaine en détention préventive. Libre, le suspect se voit notifier d’une accusation de Drug dealing – Possession of Cannabis for the purpose of distribution en octobre de la même année. Le procès intenté à Luchoomun débutera le 14 février 2017.

Freezing order sur ses avoirs

Dès mai 2007, la police a déposé une demande de gel des avoirs de Veer Luchoomun. La demande d’un freezing order a été réitérée après sa deuxième arrestation. Acceptant la requête, la Cour de district de Mapou a interdit à Veer Luchoomun de disposer de ses biens. « L’interdiction est toujours en vigueur », affirme sir Anerood Jugnauth. Qui précise que cela a conduit l’Independent Commission against Corruption à diligenter une enquête sur le patrimoine du suspect.

Aucune permis octroyé par la GRA

En ce qui concerne la maison de jeux géré par Veer Luchoomun, la Gambling Regulatory Authority (GRA) n’a pas octroyé de permis à ce dernier. C’est la précision donnée par le chef du gouvernement à Osman Mahomed. Celui-ci voulait savoir si la GRA avait précédemment révoqué le permis de jeux de Veer Luchoomun.

Photo (archives) : Le front bench avec, tout à gauche, le Premier ministre sir Anerood Jugnauth. Il répondait, ce mardi 6 décembre, à une question parlementaire sur le frère de Sandhya Boygah.