Ameenah Gurib-Fakim est revenu ce mardi sur les pressions exercées par les membres du gouvernement de l’Alliance Lepep afin qu’elle rende son tablier en tant que présidente de la République. Ce, dans le sillage des révélations du quotidien l’express quant à la carte de crédit de Planet Earth Institute (PEI) qu’elle a utilisée pour l’achat de bijoux.

Face aux juges Asraf Caunhye et ses deux assesseurs dans le cadre de la Commission d’enquête instituée pour se pencher sur les décisions qu’elle a prises lors de son bras de fer avec l’Hôtel du gouvernement, Ameenah Gurib-Fakim a expliqué que le Premier ministre, le Deputy Prime minister et le ministre mentor l’ont invité à prendre la porte de sortie. Elle déclare avoir refusé et c’est ainsi qu’elle a fini par consulter l’avoué Gilbert Noël par l’entremise d’une amie de l’université de Maurice, Roubina Jowaheer.

«C’est la première fois que je rencontrai Gilbert Noël. Il s’est présenté au Réduit le 9 mars», précise l’ex-présidente. Il lui a expliqué que la publication de ces relevés bancaires était une entorse à la Banking Act et à la Data Protection Act. L’homme de loi l’a ainsi invitée à servir une mise en demeure à la Barclays. «Comment une mise en demeure allait-elle vous aider ?» lui a demandé le juge Asraf Caunhye. «Je ne sais pas. Pour obtenir réparation, je présume», a répondu Ameenah Gurib-Fakim.

Elle a aussi fait ressortir qu’elle a fait comprendre au Premier ministre le même jour qu’elle ne voyait pas pourquoi elle devait démissionner, car elle estimait n’avoir rien commis d’illégal en utilisant la carte de PEI. Elle a ajouté que sa priorité, à ce moment précis, était de laver son honneur et qu’elle a donné sa démission le 15 mars tout en lui soulignant que cette question devait être débattue après le départ du président indien, invité aux célébrations du 50e anniversaire de l’Indépendance.

Ameenah Gurib-Fakim déclare qu’elle a été bouleversée lorsqu’elle a appris que le Premier ministre a tenu une conférence de presse pour annoncer son départ. C’est là qu’elle a posté deux tweets pour signaler qu’elle était toujours en poste.