Follow Us On

Slider

Ameenah Gurib-Fakim dément avoir voulu jeter de la boue sur ses prédécesseurs au Réduit. Après avoir brossé un portrait pour le moins calculateur de Dass Appadu, son ancien secrétaire, l’ex-présidente de la République a voulu mettre les points sur les i quant aux graves accusations formulées contre elle par l’avocat Yousuf Mohamed.

Face au juge Asraf Caunhye qui préside la commission d’enquête instituée contre elle afin de déterminer si elle a violé la Constitution, l’ex-présidente a déclaré ce lundi 11 février qu’elle a simplement accédé à la requête du Senior Counsel d’avoir accès à certaines informations pouvant être utilisées pour sa défense.

Elle a aussi soutenu avoir réclamé que l’accès au VIP Lounge du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport (SSRIA) soit étendu à Alvaro Sobrinho en une seule occasion. Soit lors d’une conférence, à Maurice, de l’ONG Planet Earth Institute (PEI), laquelle a été fondée par l’homme d’affaires angolais.

Elle a avancé que c’est lors des auditions devant la Commission qu’elle a appris que différentes demandes d’accès ont été faites par le Réduit. Elle a aussi fait ressortir qu’elle «believe in PEI and still believe in the good that PEI is doing», notamment sur le continent africain, et qu’elle souhaite ne pas se dissocier de l’ONG mise sur pied par le banquier.

Ameenah Gurib-Fakim a abordé la question de la Platinum Card de la Barclays Bank que le PEI avait mis à sa disposition. Elle a déclaré qu’elle était conscience que chaque dollar dépensé devait être justifié auprès de la Bill & Melinda Gates Foundation. Est-elle intervenue en faveur d’Alvaro Sobrinho auprès de la Financial Services Commission (FSC) ? Elle avoue avoir interrogé un responsable à un moment donné sur le PASET Fund, sans plus.

L’ex-présidente a maintenu n’avoir jamais donné des instructions à Dass Appadu d’intervenir auprès de la FSC. Elle a ajouté que le remplaçant de ce dernier, Motichand Seebah, «didn’t take care of any communiqué when he was at State House». Le haut fonctionnaire, a déclaré Ameenah Gurib-Fakim en lisant sa déclaration, a refusé de se charger de la rédaction des communiqués ou de ses discours.

Elle dément avoir voulu l’exclure et a aussi expliqué que les cadeaux qu’elle a reçus proviennent de l’Oréal, ayant été une lauréate de ce géant du cosmétique.

Ameenah Gurib-Fakim sera de nouveau entendue en mars prochain.

Facebook Comments