Entre Rs 180 000 et Rs 285 000. Selon une étude réalisée par Hay Group, avec le concours du Mauritius Institute of Directors (MIoD), c’est la fourchette moyenne de ce que perçoivent les directeurs siégeant sur les conseils d’administration à Maurice. Le document portant sur 52 entreprises et 612 directeurs, a été présenté ce matin au Labourdonnais Waterfront Hotel.

C’est au niveau du secteur bancaire que l’on retrouve les plus fortes rémunérations, celles-ci « dépassant la moyenne du marché par 79% », indique un communiqué du MIoD. Les chairpersons de boards de ce secteur percevant jusqu’à quatre fois plus que le montant moyen. A l’autre bout de l’échelle, on retrouve le secteur du tourisme, avec des prestations s’élevant à 65% de la moyenne.

La taille des entreprises a une incidence sur les rémunérations offertes. Ainsi, celles comptant au moins 1 250 employés offrent 30% de plus que la moyenne, tandis que pour celles dont le staff est de 250 personnes, ce chiffre se situe à environ 84% de la moyenne. Les compagnies cotées en Bourse paient 7% de plus que la moyenne, celles qui sont non cotées 10% de moins que la moyenne.

Si 41,83% des directeurs reçoivent aussi des allocations de présence aux réunions de conseils d’administration, « de nombreuses entreprises, à Maurice comme à l’étranger », tendent à se défaire de cette pratique, souligne Caroline Piat, Regional Manager (Mauritius) de Hay Group. La rémunération des présidents de boards « environ 2,85 fois de plus qu’un directeur ordinaire » – est, quant à elle, proche de la moyenne européenne (2,9) et diffère de 0,55 points de ce qui est pratiqué au Singapour*.

Tableau comparatif 1 Board type

Les femmes sont peu représentées, avec seulement 4,58% de directrices sur les 612 postes examinés. En Europe, cette moyenne est de 21%. La présence féminine au niveau des boards s’élève à 5,6%. Et aucun des Non-Executive Chairmen n’est une femme. Or, un conseil d’administration « doit d’être diversifiée pour favoriser la meilleure prise de décision », a souligné Jane Valls lors du forum de ce matin.

Les membres de conseils d’administration ont d’ailleurs une moyenne d’âge de 59 ans et comprennent 10,2% d’expatriés. Au niveau des présidents des boards, 27,2% d’entre eux sont indépendants, contre 85% en France et 50% au Singapour.

Board type

Le Survey on Non-Executive Directors’s Remuneration in Mauritius, explique la CEO du MIoD, servira aux entreprises à évaluer leur positionnement « vis-à-vis de la moyenne pratiquée et des entreprises à l’étranger ». En outre, souligne-t-elle, « de bonnes pratiques et la transparence au niveau de la rémunération des directeurs sont des éléments clés pour promouvoir la bonne gouvernance d’entreprise ».

Hay Group fait ainsi quelques recommandations pour une structure simplifiée pour les rémunérations. Dont celle de n’accorder des allocations de présence que pour les réunions qui dépassent la fréquence normale.

*En comparaison avec des études menées par Hay Group auprès de 391 entreprises de 12 pays européens et de 229 entreprises cotées sur le Singapore Exchange.

*Le résumé des résultats du Survey on Non-Executive Directors’s Remuneration in Mauritius peut être consulté ici.

Conseil d'administration