Le leader du Muvman Liberater (ML) a appelé Mario Nobin pour lui témoigner l’expression de sa solidarité. Ivan Collendavelloo a martelé, ce vendredi soir, que le Commissaire de police opère en toute indépendance, sans interventionnisme politique. Cela a été le cas, a-t-il affirmé, lors de l’arrestation de Shakeel Mohamed. Le vice-Premier ministre a ainsi expliqué que les politiques doivent se tenir loin de la police. De sorte que même si celle-ci agit mal, qu’elle « fane an indepandans ».

Collendavelloo a, du coup, tancé le chef de file du Parti travailliste (PTr) au Parlement. Selon le patron du parti kare kare, le député rouge n’a, en fait, passé que peu de temps au tribunal. Ce qui est loin d’être un scandale, selon lui. Dans la foulée, il a rappelé que le ML, d’autres hommes politiques et même Navin Ramgoolam ont déjà critiqué le principe des accusations provisoires conduisant à l’arrestation de suspects. Il a toutefois remarqué que l’ancien Premier ministre n’a rien fait pour changer les lois existantes.

Anil Gayan, très au fait de ce qui s’est passé plus tôt à Vacoas, lors du congrès du Parti travailliste, s’en est également pris à Ramgoolam et à Mohamed. Le ministre de la Santé a ainsi balayé d’un revers de main l’affirmation de Mohamed à l’effet que, dans un an, son parti « na pa pou andeor pouvwar ». Gayan a ironisé que les Mauriciens ne sont pas « fous » au point de réélire Navin Ramgoolam.