Les désagréments dus aux travaux routiers lancés cette semaine et à venir sont «un moment difficile» et «inévitable», estime Ivan Collendavelloo. Le Deputy Vice Prime minister a présidé, ce vendredi 9 février, une réunion de coordination. Celle-ci a rassemblé des représentants du Central Electricity Board, de la Central Water Authority, de la Wastewater Management Authority, la Road Development Authority et la Traffic Management and Road Safety Unit. Ainsi que la vice Prime minister Fazila Jeewa-Daureeawoo et le ministre Mahen Jhugroo. C’est ce qu’indique un communiqué du ministère des Infrastructures publiques.

Les inconvénients que les usagers de la route ont connus cette semaine iront en s’accentuant, reconnaît Collendavelloo. A partir du 14 février, le CEB posera des câbles souterrains. En même temps, la CWA se chargera d’installer 32 kilomètres de tuyaux tandis que la WMA entamera la pose des siens à partir de fin mars.

Le constructeur du Metro Express entrera en jeu au mois de juin. D’abord avec «le déplacement des infrastructures des utilités publiques» avant d’enchaîner avec «l’aménagement des infrastructures ferroviaires». Des travaux qui devraient prendre fin en décembre de cette année.

Si Collendavelloo a souligné l’importance d’une «étroite collaboration» des divers organismes pour minimiser l’impact des travaux sur le public, le ministre Nando Bodha et lui espèrent toutefois que le public sera compréhensif et collaborera.

A Beau-Bassin/Rose-Hill, le maire Ken Fong présidera au quotidien un comité de coordination pour faire le point sur les travaux, le trafic et les déviations routières, ainsi que les complaintes des citadins. Un comité qui répond à celui présidé par Bodha sur le Metro Express.

25 arbres de la promenade Roland Armand «sauvegardés»

Alors que la résistance s’organise pour sauver la promenade Roland Armand, 25 arbres le long de cette avenue seront conservés. Le tracé du Metro Express passant par là, 100 arbres seront abattus et 100 autres «transplantés dans la région».

Un parc, dont la conception revient à l’architecte paysagiste Daniel Maestracci, sera aménagé entre Rose-Hill et Ebène sur 9 arpents. Le site verra la mise en terre de «2 000 arbres et palmiers et 100 000 plantes arbustives et plantes vivaces tropicales, native et endémiques de Maurice».