Les procédures à l’aéroport SSR ne sont pas en cause. De plus, l’engin suspect, vraisemblablement assemblé à bord du vol AF 463 à destination de Paris, « contenait du papier et n’était ni dangereux, ni détectable ».

C’est ce qui ressort de la réunion qu’a animée ce lundi matin Xavier Duval. Le ministre du tourisme et des communications extérieures avait réuni pour l’occasion les responsables de la sécurité et de l’aviation civile de Maurice.

Le communiqué du bureau de Duval précise que l’aéroport de Plaisance « dispose d’équipements de haute technologie comprenant des caméras de surveillance, des détecteurs de traces d’explosifs, des CT scanners pour les bagages de soute, des appareils à rayons x, mais aussi de chiens renifleurs ».

C’est d’ailleurs ce qui a fait dire au Président Directeur Général d’Air France, Frédéric Gagey, que les procédures de sécurité ont été scrupuleusement respectées à Maurice. Il s’exprimait ce dimanche lors d’un point de presse en France.

C’est la piste de plaisantin(s) irresponsable(s) qui est privilégiée pour l’heure. En effet, un ou plusieurs individus, probablement d’une île de la région, auraient assemblé un engin en plein vol afin de faire croire à une menace. Or, prévient Xavier Duval, un tel comportement est « passible de peines très sévères ». Au moins un suspect aurait déjà été identifié par les enquêteurs.