Les fumeurs les jugent rébarbatives ou n’y font pas attention. Mais les mises en garde visuelles quant aux effets du tabagisme sur les paquets de cigarettes ne suffisent pas. Le ministère de la Santé veut aller plus loin.

Anil Gayan l’a lui-même annoncé en début de semaine, à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac. « Maurice adoptera l’emballage neutre », a déclaré le ministre de la Santé. Et suivant l’atelier de travail du 6 juin dernier à Quatre-Bornes, axé sur cette mesure, un comité technique verra le jour pour son introduction.

Si aucun détail ne transpire sur un éventuel calendrier, il n’empêche que les autorités sont bien engagées dans cette voie. « Maurice met en œuvre actuellement un plan d’action national (2016-2020) de quatre ans sur le contrôle du tabac », indique-t-on au ministère de la Santé.

Le pays fait partie des bons élèves quant à l’application de la Convention-cadre pour la lutte antitabac de l’Organisation mondiale de la santé, qu’elle a ratifiée en 2004 [voir les graphiques de ce rapport de l’OMS]. Depuis 2008, le pays compte parmi les 29 Etats qui, suivant l’article 11 de la convention, interdisent totalement la promotion, la publicité et le parrainage des produits de tabac.

L’organisme onusien considère le tabagisme comme une « épidémie mondiale ». [Suite du texte après la vidéo]

L’article 13 réglemente le conditionnement et l’emballage des produits de tabac. D’où les avertissements visuels poumons et autres organes abîmés qui ornent les paquets de cigarettes depuis 2008. Ceux-ci demeurent toutefois, selon les autorités, un espace de promotion pour l’industrie du tabac.

L’emballage neutre :
Qui l’a adopté ?

2012 : En premier, l’Australie.
2015 : Le Royaume uni, l’Irlande et la France adoptent la législation qui impose le conditionnement neutre à compter de mai 2016.
20 mai 2015 : Depuis cette date, les fabricants de cigarettes ne peuvent produire que des paquets génériques en France. Une période transitoire s’étend toutefois jusqu’à fin décembre 2016. Car à compter du 1er janvier 2017, plus aucun emballage avec logos et autres signes distinctifs ne sera toléré.
La Nouvelle Zélande devrait suivre le pas la même année.

Les jeunes les plus touchés

« Le ‘plain packaging’ vise à augmenter la visibilité et l’efficacité des avertissements sanitaires sur les emballages des produits de tabac », explique-t-on du côté de la Santé. Mais aussi à en réduire l’attrait. Le public visé ? « Surtout les jeunes. »

L’incidence du tabagisme sur notre territoire est passée de 21% en 2009 à 19,3% en 2015, note Anil Gayan. 2009 a vu l’importation de quelque 1,306 milliards de cigarettes contre environ 986,48 millions en 2015. Ce qui est toujours trop, fait comprendre le ministre, car équivalent à « 986 cigarettes par tête d’habitant ». La cigarette électronique ne trouve pas plus grâce à ses yeux.

Les jeunes sont les plus touchés : à Maurice, 74,5% des étudiants ont tiré sur leur première cigarette avant 14 ans, et 76,4% à Rodrigues.

13,7% des adolescents de 13 à 15 ans «sont des fumeurs réguliers»

Et selon le plus récent Global Youth Tobacco Survey pour Maurice, 13,7% des adolescents de 13 à 15 ans « sont des fumeurs réguliers », relève le ministère de la Santé.

Ce chiffre datant de 2008, une nouvelle étude a été commanditée. La collecte des données a été effectuée à Maurice et Rodrigues « de fin mai au début de juin » pour cette tranche d’âge. Le rapport sera disponible dans trois mois et les stratégies nécessaires seront adoptées « pour combattre plus agressivement le tabagisme », a déclaré Anil Gayan.

Sus au tabac mentholé

Le packaging neutre n’est pas la seule option que le ministère de la Santé a en ligne de mire. De nouveaux règlements sont en préparation. Notamment pour « contrecarrer toute pratique illégale » de la vente aux mineurs et de celle au détail qui, bien qu’interdite, a toujours cours dans nombre de quartiers.

Le ministère de la Santé compte aussi interdire « la vente des produits de tabac aromatisés, le tabac à mâcher et le tabac à rouler, entre autres ».

Une énième augmentation des prix de la cigarette est-elle à envisager dans le prochain Budget ? Nul ne s’avance. Notre interlocuteur précise cependant que : « Le ministère de la Santé a toujours fait un plaidoyer auprès du ministère des Finances pour une augmentation des prix/taxes sur les produits de tabac dans le cadre des consultations budgétaires chaque année. »

Selon l’OMS, « une augmentation des taxes qui accroît le prix du tabac de 10% fait reculer la consommation d’environ 4% dans les pays à revenu élevé, cette baisse pouvant atteindre 5% dans les pays à revenu faible ou intermédiaire ».

«Une mesure illégale»

Du côté des industriels, on accueille avec circonspection la nouvelle de l’introduction prochaine du paquet générique. « Nous avons toujours dit que l’emballage neutre est une mesure illégale qui ne contribue pas à réduire le taux de prévalence du tabagisme », déclare un porte-parole de la British American Tobacco (BAT). Et de citer l’exemple de l’Australie qui, bien que pionnière en la matière depuis 2012, « n’a pas démontré l’efficacité de cette mesure ».

Pour le fabricant de cigarettes, il existe d’autres moyens « d’atteindre les objectifs de santé publique ».

Le représentant de la BAT fait valoir que « quatre pays contestent la législation de l’Australie sur l’emballage neutre devant un tribunal de l’Organisation mondiale du Commerce ».

Cette affaire, en cours depuis 2012, a été logée par des pays producteurs de tabac : l’Ukraine, le Honduras, la République dominicaine, Cuba et l’Indonésie arguent que la Tobacco Plain Packaging Act est discriminatoire et limite le commerce. La BAT a soutenu au moins en partie l’Ukraine – qui s’est retirée depuis – et le Honduras dans ce litige, tel que rapporté par l’agence de presse Reuters.

« Nous encourageons tous les gouvernements, dont celui de Maurice, qui envisagent l’introduction de l’emballage neutre à attendre jusqu’à ce que ce litige soit résolu », dit la BAT.

Une décision est attendue courant 2016.