«All the grounds of appeal raised and argued before us having failed, the appeal is dismissed», écrivent les juges de la Cour suprême. Georges Ah Yan contestait l’attribution d’un permis de construction à Le Chaland Resort par le conseil de district de Grand-Port.

«Ils ne peuvent pas prouver [leurs] fausses allégations et veulent bloquer le projet hôtelier du Groupe pour des raisons qui ne sont pas claires». C’est ainsi que réagit Dinesh Burrenchobay après une décision, en appel, des juges Hamuth et Madhub. La Cour suprême a en effet rejeté, ce 29 juin, les 9 motifs d’appel de Georges Ah-Yan qui avait contesté, sans succès, le projet hôtelier du groupe Currimjee à Le Chaland devant le Tribunal de l’environnement. Voir la décision de justice plus bas.

Ce tribunal, avait estimé, en décembre 2016, que l’affirmation de Ah Yan à l’effet que « the construction of the first phase of the project will cause major ecological impact has remained unsubstantiated by any scientific evidence». Après l’arrêt de la Cour suprême, le Managing Director de Currimjee Hospitality affirme la position des contestataires était «sans aucun fondement scientifique». Burrenchobay rajoute que la «crédibilité et la nature de la motivation» des opposants sont en question.

Dans un communiqué, le groupe Currimjee dit avoir travaillé avec «des scientifiques qui ont fait leurs preuves pour développer un projet sérieux, réfléchi de manière durable et dans l’intérêt du pays » et d’affirmer que le nouvel établissement touristique sera une référence dans l’hôtellerie local.

Les travaux du Chaland Resort sont actuellement en cours et le promoteur affirme qu’ils se déroulent dans le respect du rapport EIA.  Dinesh Burrrenchobay précise également que des «mesures inédites» ont été prises avec notamment la création d’une forêt composée de 16 000 arbres et plantes endémiques. Ainsi qu’une délimitation stricte de l’espace dédié aux activités nautiques afin de protéger le parc marin se trouvant un peu plus loin.

Joint après la décision de la Cour suprême, Georges Ah Yan dit qu’il n’a pas encore pris connaissance de l’arrêt et parlera aux journalistes après avoir consulté la décision du juge Madhub et discuté avec son avocat.

Jugement en appel de Georges Ah Yan contre Le Chaland Resort by ION News on Scribd