Pourront-ils retourner sur les îles natales ? Après un peu plus d’un an d’attente, et près de deux décennies de recours légaux, les Chagossiens seront enfin fixés sur leur sort. Ce mercredi 29 juin, la Cour suprême britannique fera connaître sa décision. Celle-ci, saisie par Olivier Bancoult, doit se prononcer sur la légalité de l’interdiction posée aux Chagossiens par la House of Lords de retourner sur leurs îles natales, apprend-on du Guardian.

Le panel d’hommes de loi défendant la cause chagossienne comprend l’avocate Amal Clooney.

Cette semaine, une étape sera également franchie quant à la question de la souveraineté de l’archipel. Le Premier ministre a, dans un communiqué aux termes vigoureux, réaffirmé les revendications de Maurice. Et rappelé l’ultimatum du 30 juin donné aux Britanniques. Londres doit faire reconnaître sa position sur un accord pour le retour de l’archipel s’il ne veut pas que Maurice saisisse la Cour internationale de justice pour un avis consultatif.

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont, pour la première fois, affiché un front uni sur le sujet en brandissant la menace de relations moins « amicales » avec notre pays s’il persiste dans cette voix.

Le Royaume-Uni a aussi initié, l’année dernière, un processus de consultations sur un éventuel retour d’une poignée de Chagossiens sur quelques îles, sur une base pilote.

Photo (Steve Bell via www.express.co .uk) : Olivier Bancoult (4e à partir de la g.) entouré de son panel d’hommes de loi, devant la Cour suprême, à Londres, en juin 2015.