Il n’y a pas d’autre option pour Maurice que de se tourner vers l’Assemblée générale des Nations unies et la Cour internationale de justice. Le Premier ministre l’a rappelé aujourd’hui, au Parlement,  lors de la Private Notice Question axée sur les Chagos.

Le projet de résolution est prêt, et celle-ci a été inscrite à l’agenda provisoire de la prochaine Assemblée générale des Nations unies, a précisé sir Anerood Jugnauth. Le chef du gouvernement compte d’ailleurs se rendre à New York pour cette importante réunion qui aura lieu du 13 au 26 septembre.

Le pays, dit-il, bénéficie du soutien du Groupe des 77, tout comme de ceux de l’Union africaine et du Mouvement des pays non alignés.

La campagne de lobbying de Maurice se poursuit, au niveau des Etats membres de l’Onu quant à la requête pour saisir la Cour internationale de justice. Le Premier ministre se propose de rencontrer les chefs d’Etat des pays d’Afrique lors de la prochaine Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique.

« Nos représentants aux Nations unies sont-ils confiants que nous obtiendrons au moins deux tiers des votes à l’Assemblée générale ? » a encore voulu savoir Paul Bérenger. « Selon les informations dont je dispose, la réponse est oui », a répondu SAJ.

Ni le Royaume-Uni, ni les Etats-Unis ne souhaitent que Maurice intervienne au niveau des Nations unies ou qu’elle saisisse la Cour internationale. Ils ne souhaitent pas non plus de discussions trilaterales sur les Chagos, les USA soutenant les revendications de souveraineté des Britanniques.

Les USA, par la voix d’Anthony Blinken, Deputy Secretary of State, ont décliné la proposition d’une rencontre entre SAJ et le président Obama. Soutenant, selon le Premier ministre, que la question des Chagos « sera abordée de la meilleure façon à des échelons inférieurs de nos gouvernements respectifs ».

David Cameron, alors Premier ministre, a suggéré que son homologue mauricien aborde la question des Chagos avec son successeur. Theresa May, en poste depuis près d’un mois et déjà en vacances, n’a pas encore répondu au courrier que lui a adressé sir Anerood jugnauth.

Par ailleurs, les discussions sur le jugement du Tribunal de la mer avancent difficilement. « Il y a eu peu de progrès », dit le chef du gouvernement qui déplore l’attitude des Britanniques.

Il y a eu trois séries de discussions jusqu’ici, dont la dernière remonte à la semaine dernière, le 3 août. La prochaine rencontre est prévue au mois d’octobre.