Breaking news
  • No posts were found

Videos

[Vidéo] Armand Apavou : « Tout ce que nous savons, c’est par la presse »

Armand Apavou en est persuadé. Il y a eu « précipitation » pour conclure la vente de ses hôtels mauriciens. Et, dans une certaine mesure, une « incompréhension » et une « méconnaissance » du dossier et du groupe Apavou au niveau du pouvoir public. Le PDG du groupe Apavou s’interroge : pourquoi vendre quatre hôtels alors que les établissements du Sud suffisent ? Il ne comprend pas non plus ce qu’il considère comme un manque de transparence

[Vidéo] A la conquête du vote musulman

C’est le match dans le match entre le Remake de 2000 et le gouvernement. Selon les spécialistes de la question dans les deux camps, le vote musulman sera crucial pour toute alliance souhaitant remporter les prochaines élections générales. Chacun y va donc de son offre pour convaincre cet électorat qui a légèrement ‒ mais décisivement ‒ penché en faveur du Parti travailliste depuis 2005. Notamment grâce à la présence de

[Vidéo Humour Desk] Quand Navin Ramgoolam massacre le hindi

Si Navin Ramgoolam est un bon orateur en créole, en français ou en anglais, ses prestations en hindi ont tendance à virer au sketch. Malgré cela, le Premier ministre se fait un devoir de prononcer chaque année une partie, voire la totalité de son discours de Maha Shivratree en hindi. Le ION News Humour Desk s’est donc intéressé de près à l’allocution d’hier de Ramgoolam. Voilà ce que nous avons

Ramgoolam lance une nouvelle pique à SAJ

La guerre des mots n’en finit plus. Sir Anerood Jugnauth a encore une fois été la cible de Navin Ramgoolam hier à Ganga Talao. Celui-ci réagissait de manière détournée à une réplique cinglante de SAJ à son égard, samedi dernier. Les deux hommes se livrent, depuis deux semaines, à une guerre à distance par déclarations de presse interposées.

[Vidéo] Meeting du 1er Mai du PTr : Ramgoolam « en train d’en discuter »

Le Parti travailliste (PTr) pourrait changer d’avis. Si l’année dernière, il avait préféré ne pas organiser de meeting du 1er mai, le Premier ministre admet qu’il est « encore en train d’en discuter » pour cette année. Lors d’un dépôt de gerbes, aujourd’hui, au Square Guy Rozemont à Port-Louis, dans le cadre du 78e anniversaire du PTr, Navin Ramgoolam a toutefois promis un « congrès grandiose » pour l’anniversaire du parti. Profitant de sa

[Vidéo] Ramgoolam évoque les chefs d’Etat illettrés : réplique cinglante de SAJ

Sir Anerood Jugnauth n’a que très peu apprécié l’allusion du Premier ministre aux chefs d’Etat insuffisamment « cultivés », voire « illettrés ». Le leader du Remake de 2000 a donc profité de la conférence de presse de ce samedi pour régler ses comptes avec Navin Ramgoolam. Puisque certains des propos tenus par SAJ sont potentiellement diffamatoires, nous avons décidé de ne pas les diffuser. Toutefois, au lieu d’utiliser des « beeps » intempestifs pour occulter les

[Vidéo] D.Y. Patil : Face aux attaques, le PTr défend Bundhoo mais oublie Jeetah

Si Rajesh Jeetah et Lormus Bundhoo en prennent pour leur grade dans l’affaire Dr D.Y. Patil Medical School, c’est surtout le Premier ministre que le Remake de 2000 tient pour responsable de la situation. Sir Anerood Jugnauth affirme ainsi que s’il était au pouvoir,  c’est « à coup de pied » qu’il aurait limogé les ministres de la santé et de l’enseignement supérieur. Face aux attaques, le PTr joue profil bas. Le président

[Vidéo] Remake : « Cliniquement mort » pour le PTr, « Pas de macadam », assure Bérenger

Le leader du MMM affirme que les discussions entre le MSM et son parti vont « très bien » et révèle qu’il ne reste plus ou moins que la question de la réforme électorale à finaliser entre les deux partenaires du Remake de 2000. Le Parti travailliste n’a pas toutefois la même lecture. Pour son président, Patrick Assirvaden, les militants mauves sont dans le « désarroi  » à la suite des déclarations de

[Vidéo] Raj Bappoo répond aux allégations d’irrégularités

Pour le directeur de la Dr. D. Y. Patil Medical School (DDPMS), l’institution opère dans la stricte légalité. Et ce, après avoir obtenu toutes les autorisations et accréditations aussi bien auprès du ministère de la Santé et celui de l’Enseignement supérieur que de la Tertiary Education Commission. Lors d’une conférence de presse, ce vendredi, Raj Bappoo a récusé toute les allégations d’irrégularité qui pèse contre l’école médicale qu’il dirige. Il

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>