Breaking news
  • No posts were found

Une nation, un destin

[Vidéo] Paul Edouard : «Le cœur brisé, j’ai regardé l’Union Jack descendre»

Soldat de la Special Mobile Force, il était au Champ-de-Mars, le 12 mars 1968. Afin de participer à la parade précédant le lever du quadricolore. Mais Paul Edouard n’avait pas le cœur à la fête. Les souvenirs des bagarres raciales de janvier 1968 le hantaient toujours. Ces tristes événements n’ont profité ni aux musulmans, ni aux créoles, explique le septuagénaire avec un brin d’amertume. Il raconte ainsi avoir fait feu

[Vidéo] Yousuf Mohamed : Maurice, c’est le racisme, le communalisme et le castéisme

«Je ne me suis pas battu pour l’indépendance afin d’avoir l’île Maurice d’aujourd’hui.» Le racisme dans sa forme d’avant a, certes, disparu, concède volontiers l’avocat. Mais une autre forme de racisme, le communalisme et le castéisme font toujours partie de nos mœurs, se désole Yousuf Mohamed. Fils d’Abdool Razack Mohamed, dirigeant du Comité d’Action Musulman et compagnon d’arme de Sir Seewoosagur Ramgoolam dans la lutte pour l’indépendance, l’octogénaire jette un regard

[Vidéo] Irène Ramsamy, 104 ans: «La drogue m’a pris un de mes petits-enfants»

Elle parle d’un temps que les moins de 100 ans ne peuvent pas connaître. Irène Ramsamy avait 54 ans le jour de l’indépendance en 1968 et a suivi la cérémonie du jardin de Plaine-Verte. Originaire de Rose-Belle, elle regarde le progrès de Maurice avec un siècle de recul. La situation s’est bien améliorée, affirme-t-elle. Mais s’il y a un problème qu’elle voudrait que le pays surmonte, c’est celui de la

[Vidéo] Sahid Chumroo: Chacun doit obtenir ce qu’il mérite

Ému jusqu’aux larmes, Sahid Chumroo raconte cette industrie sucrière où il a fait ses premiers pas à 13 ans en 1968. De Plaine-des-Papayes, c’est à pied qu’il allait travailler dans les champs de Beau-Plan, tous les jours. Devenu planteur, il mesure ce que lui a apporté l’industrie sucrière. Même si les propriétés sucrières n’appartiennent pas aux travailleurs, ils sont propriétaires d’«enn bout sa tablisman-la atraver Voluntary Retirement Scheme», se félicite

[Vidéo] Charles Ng : Le tracas d’être expulsé puis la période faste post-indépendance

Sept ans avant l’indépendance, Charles Ng prenait le pari de fonder sa propre entreprise : Atom Travel. Une période difficile durant laquelle il lui arrivait de ne pas pouvoir payer son loyer de Rs 65. La perspective de l’indépendance, Charles Ng ne l’a pas accueillie avec un enthousiasme débordant. En cause, cette rumeur tenace : tous les Sino-Mauriciens allaient être expulsés après le 12 mars 1968. La communauté, estime-t-il, était même plus inquiète que

[Vidéo] Vaco Baissac : «Etre Mauricien, c’est appartenir au divin mélange de nos communautés»

Il avait presque la trentaine en 1968. Mais exposait déjà ses œuvres depuis dix ans. Avec le temps, le regard de Vaco Baissac sur son pays et les Mauriciens n’a pas changé. Ou plutôt, sa conviction s’est raffermie au sujet d’une nation née d’un «divin mélange». L’artiste mesure «la chance inouïe» d’un pays où ceux venus d’horizons différents ont su vaincre la barrière linguistique. Créant ensemble le symbole de l’unité

[Vidéo] Ameenah Gurib-Fakim : Notre diversité nous aide à nous construire

Elle n’était qu’une enfant, le 12 mars 1968. A Plaine-Magnien, chez ses parents, Ameenah Gurib-Fakim sentait toutefois l’effervescence et l’excitation autour de l’accession de Maurice à l’indépendance. Présidente de la République, 50 ans plus tard, la chercheuse estime que les ambitions de développement du pays sont légitimes. L’ingrédient principal qui nous permettra d’y arriver, estime Ameenah Gurib-Fakim, est notre diversité. Toutefois, elle entrevoit et s’inquiète d’une tendance chez les jeunes :

[Vidéo] Une nation, un destin : La série qui raconte la marche d’un pays indépendant

Ils sont 50 et avaient de 6 à 54 ans le 12 mars 1968. De leur vision d’enfant ou à partir de leurs préoccupations d’adultes, ils racontent comment ils ont vécu ce moment décisif. Avec un demi-siècle de recul, ils mesurent aussi le chemin parcouru par les Mauriciens et la nation. Cette série de mini-interviews vidéo fait se côtoyer des acteurs sociaux et politiques connus, des artistes, des entrepreneurs de

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>