Editorial

Un léger manque de planification pèse très lourd

La guerre d’ego a trop duré. Le Mauricien moyen n’a que faire du match de ping-pong à distance que se livrent Gérard Sanspeur et Roshi Bhadain sur Facebook et par déclarations de presse interposées. Si les nigauds continuent à faire la ola pour leur champion respectif, d’autres regardent cette guéguerre autrement. Tout cet enfantillage doit cesser. Car le gouvernement a des dossiers autrement plus épineux à gérer. L’agenda « move on »

Heritage City : Un sabordage, quatre naufragés

La vengeance est un plat qui se mange froid. Vishnu Lutchmeenaraidoo a dû le penser quand, tout sourire, il est allé dire bonjour à Roshi Bhadain – à qui il n’adresse quasiment pas la parole depuis leur rixe publique. C’était vendredi dernier, à la fin de la réunion du Conseil des ministres qui a avalisé le sabordage du projet Heritage City. Comme prévu, citoyens et journalistes se sont empressés de

En attendant la vraie rupture de Pravind Jugnauth

Pravind Jugnauth a été servi par une communication bien exécutée. Notamment avec le recours au subterfuge classique consistant à faire croire que la situation très difficile requiert des mesures impopulaires – comme la hausse du taux de la TVA. Les naïfs ont retenu leur souffle… pour rien. Parallèlement, le ministre des Finances a bénéficié d’une couverture médiatique sans précédent pour son Budget – la technologie et les live webcasts aidant.

L’egonomie du projet Heritage City

Trois lignes ou trois paragraphes ? Ce n’est que ce vendredi, à partir de 17h qu’on en saura davantage sur le sort du projet Heritage City. En coulisse, une guerre des nerfs oppose deux camps depuis l’entrée en fonction du nouveau ministre des Finances. Les uns – arguments à l’appui – tentent de transformer le mastodonte en éléphant nain. Aidés, parfois, par ceux qui défendaient opportunément Heritage City, hier encore. Les

Chagos : Une campagne, 1,65 milliard d’électeurs

« Tout ce qui frappe l’imagination des foules se présente sous forme d’une image saisissante et bien nette, dégagée de toute interprétation accessoire, ou n’ayant d’autre accompagnement que quelques faits merveilleux ou mystérieux : une grande victoire, un grand miracle, un grand crime, un grand espoir… » Gustave Le Bon dans Psychologie des foules Paul Bérenger, une fois n’est pas coutume, a été ridiculisé. Il divague, avons-nous lu. Shakeel Mohamed

L’acte politique majeur de Pravind Jugnauth

« Madam Speaker, I move that the Appropriation Bill 2016/2017 be read a second time… » C’est ainsi que Pravind Jugnauth débutera son quatrième discours du Budget dans quelques jours. Au-delà de la forme, ce sont toutefois les questions de fond qui préoccupent le milieu des affaires. Si le grand public ne s’impatiente pas pour l’heure, le moment venu, il suivra la prestation du ministre des Finances avec attention. Celui-ci n’a pas la

Les 6 défis de Navin Beekarry à l’ICAC

Malmenée par les politiques de tous bords. Désavouée, parfois, par la justice. Luttant contre les perceptions bien plus puissantes que la réalité. La Commission anticorruption ne mène pas seulement un combat contre le crime en col blanc. Elle se bat aussi pour mériter le respect. Navin Beekarry, le nouveau directeur général de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) fera sienne cette quête dans quelques jours. Avant d’arriver à destination, l’homme devra

Portrait de l’imbécile intolérant

Je suis éduqué. J’ai réussi mes études primaires, puis secondaires et universitaires. Mais je ne me considère pas plus éduqué que mon voisin. Lui n’a fait que 4 ans d’études secondaires. Mais il a étudié les textes sacrés durant de nombreuses années. Il sait les réciter et en connaît le sens. Devant son érudition sur ma religion, mon diplôme universitaire ne vaut pas grand-chose. Car c’est un fait, l’enseignement religieux est

Le destin des Jugnauth

« Santo subito. Santo subito ! » C’était en 2005, à Rome, lors des funérailles du Pape Jean-Paul II. « Qu’on le canonise tout de suite », scandait la foule. « Pravind nou premie minis ! », clament les sympathisants, laquais et baiseurs de main du leader du MSM depuis ce mercredi 25 mai. Ils se trompent tous à vouloir ainsi catapulter Pravind Jugnauth à la tête du gouvernement. Et même à espérer qu’il dise ouvertement qu’il convoite dès

Mériter le gros salaire

Scandaleux. Honteux. Indécent. Immérité. Injustifié. Ce sont quelques-uns des mots employés par ceux qui condamnent la hausse des salaires et indemnités des ministres et députés. Que la rémunération des puissants – économiques et politiques – du pays fasse l’objet d’une polémique n’a rien de nouveau. Après tout, le Mauricien moyen a un problème avec l’argent et la réussite affichée. Toutefois, la virulence exprimée cette fois-ci interpelle. Pourtant, toutes les critiques