Editorial

Si Ramgoolam avait son Valls

C’est un grand moment de démocratie. Une illustration de ce que doit être la responsabilité politique. Hier, Jean-Marc Ayrault a tiré les conséquences de la lourde défaite de son camp aux élections municipales françaises en soumettant sa démission à François Hollande. Celui-ci a nommé, dans la foulée, Manuel Valls à la tête du gouvernement. Traduisant, selon les observateurs, sa volonté de donner un coup de barre à droite et d’afficher

La dernière tentation

« Il ne faut jamais dire jamais en politique », dit l’adage. Malgré cela, il est assez improbable que l’assemblée des délégués du MMM censure le principe du Remake 2000, ce samedi. La seule vraie inconnue de la semaine demeure donc le contenu du White Paper sur la réforme électorale que Navin Ramgoolam a promis de rendre public avant la rentrée parlementaire de mardi prochain. Le Premier ministre s’est intéressé par intermittence

La « croque-mortification » de l’info

Quatre, cinq… sept crimes atroces. Deux, trois… cinq femmes adultères tuées. Les médias tiennent, depuis le début de l’année, une comptabilité macabre. Tous recensent, décortiquent et rapportent dans les moindres détails les crimes violents. Consacrant une infâme nouvelle trinité : sexe, horreur et mort. Un pallier particulier a été franchi depuis lundi dans la presse, quand quasiment tout un corps de métier s’est cru investi d’une mission hors de l’ordinaire : déterminer

Météo politique (III)

Navin Ramgoolam et Paul Bérenger ont discuté vendredi dernier. Ce n’est pas un scoop. C’est le leader de l’opposition lui-même qui a expliqué que le Premier ministre l’a appelé pour le « consulter au sujet d’une nomination ». Malheureusement,  aucun des journalistes présents à la conférence de presse du MMM, ce samedi, n’a saisi la balle au bond pour lui poser LA question : est-ce qu’ils ont koz koze de politique ? On finira

Météo politique (II)

Il y a un peu plus de cinq ans, l’objectif de Navin Ramgoolam était de prévenir une alliance MSM-MMM « at all costs ». Désormais, c’est le remake de 2000 que le Premier ministre doit faire éclater à tout prix. Car malgré ses fanfaronnades, Navin Ramgoolam ne peut nier l’évidence : se retrouver face au tandem sir Anerood Jugnauth (SAJ)/Paul Bérenger lors d’une prochaine élection générale comporte des risques. Ramgoolam se décrit volontiers

Météo politique (I)

Edilson parti, intéressons-nous à l’autre perturbation – politique celle-là – qui secouera bientôt le pays. Car la zone de convergence intrapolitique est très active en ce moment. Elle promet d’enfanter de nouvelles tempêtes. Si la météo n’est pas une science exacte, la politique, elle, étonne par son caractère récurrent…donc prévisible. Il suffit en effet, dans de nombreux cas, de bien scruter le passé pour mieux comprendre ce qui peut se produire

Dost Dost Na Raha

Il a fallu qu’une réunion du Joint Working Group Inde-Maurice soit annulée à la dernière minute pour que les langues se délient. Et que l’on comprenne que la fraternité jadis célébrée a été sacrifiée sur l’autel du réalisme stratégico-financier. Ce n’est pas tous les jours, en effet, qu’on apprend de la bouche du Premier ministre mauricien qu’il a dit ses quatre vérités à un responsable politique indien. En l’occurrence Palaniappan

Tous intolérants ?

Nous avons collectivement peur de quelque chose. Que le vivre ensemble que nous revendiquons à la face du monde s’étiole. Que la paix interethnique et interreligieuse laisse la place à une intolérance revendiquée dans les mots et les actes. La moindre défiance envers notre vivre-ensemble devient du coup intolérable. C’est la conclusion à laquelle on arrive en prenant un peu de distance par rapport aux propos outranciers tenus ce samedi

L’élégant Dr Ramgoolam, l’hideux M. Navin

N’en doutons pas. Le Premier ministre sait faire preuve d’élégance. Il n’y a qu’à le voir, rutilant parmi les plus grands chefs d’Etat de ce monde, pour s’en convaincre. Cette qualité, Navin Ramgoolam la cultive aussi dans ses relations. Il en a même fait une arme terriblement efficace servant parfois à désarmer, voire à charmer ses adversaires les plus redoutables. L’élégance, il la cultive également à l’écrit. Comme dans la mise

De la kryptonite en politique

Un peu de recul. C’est ce qu’il faut parfois pour comprendre une situation complexe. Or, depuis le début de la pièce de théâtre « PMSD pa kontan », tout le monde est obnubilé par des micro-événements. La déclaration à l’emporte-pièce d’un membre du bureau politique bleu ou le simple fait que Xavier Duval quitte son bureau une heure plus tôt que d’habitude sont désormais des « micro-événements » qui ont un sens politique. Chacun