Editorial

C’était écrit…

Au fil des mois, Navin Ramgoolam a posé la même question à ses interlocuteurs : « Et si je ne fais pas d’alliance avec Bérenger, qu’est-ce qu’il se passera ? » Les réalistes lui ont cyniquement répondu qu’un des deux scénarios suivant se réalisera alors. Le leader du MMM conclura un Re-Remake 2000. Ou alors, Ramgoolam tentera une réédition de l’alliance de l’avenir de 2010. Le temps faisant son œuvre, l’un des deux scénarios deviendrait tout

L’alliance sans C

Quoi qu’en disent les nostalgiques du Remake 2000 ou ceux qui cultivent une hostilité viscérale envers Navin Ramgoolam ou Paul Bérenger, l’alliance Travailliste-MMM a toujours de très bonnes chances d’être conclue. Mais loin de se faire dans la sérénité, la clôture du deal est marquée par le sceau de la méfiance. Pendant que le leader des rouges affirme qu’il ne reste que « quelques points à peaufiner », le patron du MMM

Ce qu’il fallait démontrer sur Nandanee Soornack

Beaucoup d’encre a déjà coulé sur les photos de Navin Ramgoolam publiées par l’express. Après l’article-teaser d’hier, le quotidien de référence du pays, nous révèle aujourd’hui ‑ et au bout d’un suspense intenable de 24 heures ‑ que c’est bien avec Nandanee Soornack que le Premier ministre fait la fête. Le « droit à l’information » triomphe. « La liberté d’informer le public sur un débat d’intérêt général : quels sont les liens entre le

Jocelyn Grégoire, l’ennemi public No 1 ?

Un congrès et quelques phrases chocs ont suffi pour que Jocelyn Grégoire revienne à l’avant-plan de la scène médiatique. Si le but du président de la Fédération Créole Mauricien (FCM) était de provoquer, en appelant ses troupes à être « rasis, kominalis, noubanis » avec lui, il a brillamment réussi. Si l’objectif était toutefois de faire bouger les mentalités et de donner à la FCM les moyens de ses ambitions, Grégoire a

To budget, or not to budget?

Qu’importe si le pouvoir en place est bleu, mauve, orange, marron foncé ou gris clair. Le gouvernement qui dirigera le pays en novembre devra présenter un budget. Se pourrait-il toutefois que ce soit l’actuel titulaire du poste – Navin Ramgoolam – qui le fasse ? Passons en revue les raisons qui pourraient conduire Navin Ramgoolam à tenter le coup. SSR et SAJ l’ont fait. Le Premier ministre aime l’Histoire et se fait

Mini amendement, maxi conséquences

Voici exactement un mois que l’alliance Travailliste-MMM est officiellement « off » et cela, « pour de bon ». Parce que Navin Ramgoolam a « cédé à des pressions » en tentant de revenir sur des « conditions fondamentales » d’un deal d’alliance rouge-mauve. Et voici une semaine que le pays constate  – grâce à la diffusion en direct des débats parlementaires – l’étonnante complicité entre Paul Bérenger et le Premier ministre. La conclusion s’impose : « la rupture pour de bon »

Ce que vous voyez, enfin !

Cela n’a rien d’anodin. Depuis vendredi, les Mauriciens assistent en direct aux débats parlementaires sur l’amendement constitutionnel. Cela permet enfin au grand public de découvrir nos députés dans leur milieu naturel. Certes, on n’en est pas encore à diffuser en direct les Private Notice Questions, le Prime minister’s Question Time et les Parliamentary Questions. Car c’est durant ces moments-là que les dérapages des uns, l’incompétence des autres ou la pugnacité

Les grands défis des petits partis

Ensam , The Liberals, Muvman Liberater…. Il ne se passe quasiment plus une semaine sans que n’éclose un nouveau parti politique. Le dégoût qu’éprouve une partie des Mauriciens face aux contorsions de nos principaux partis politiques fait son œuvre. Ces jeunes formations quittent leurs univers virtuels et leurs réunions entre « like-minded people » pour se faire connaître de ceux qui – espèrent-elles – voteront bientôt pour elles. Nous ne rendrons pas service

L’opium est déjà légal à Maurice

[Note : Le 26 juin – date à laquelle, en 1988, le réseau de trafic d’opium a été démantelé – marque la Journée mondiale contre l’abus de drogues et le trafic illicite. Nous republions donc ce texte, paru ailleurs le 25 novembre dernier.] Oublions un moment les personnes venues réclamer la légalisation du gandia ce lundi [25 novembre 2013]. Attardons-nous plutôt sur la place qu’a prise cette drogue, dite « douce » dans le

La croix (de Ramgoolam) et la bannière (de Bérenger)

L’art de l’esquive. Le Premier ministre est bon à ce jeu. Hier, il l’a démontré en ne répondant pas à la question d’ION News, qui lui demandait s’il avait fait une croix sur l’alliance PTr-MMM. Navin Ramgoolam a répliqué qu’il porte lui-même sa croix. Le chef du gouvernement demeure très cohérent depuis l’annonce – par Bérenger et non par lui – de la fin des discussions d’alliance rouge-mauve. Pressé de

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>