Editorial

Le défi raté de Navin Beekarry

Son mandat, il l’a placé sous le sceau de l’efficacité. Il y a à peine cinq mois, il a rappelé qu’il ne tiendra pas compte des critiques de l’opposition. «Je ne suis pas politicien», crânait-il. En ce début 2019, Navin Beekarry doit réaliser qu’il n’essuie pas seulement les critiques de l’opposition. Il fait aussi face aux huées de ses pairs de la profession légale, de fonctionnaires affectés aux agences luttant

La tentation d’avril 2005

«I have been guided once again by a deep sense of responsibility and commitment.» La phrase date d’avril 2005. Elle a été prononcée par Pravind Jugnauth, ministre des Finances d’alors, en introduction de son deuxième discours du Budget. Quatorze ans plus tard, il est évident que sa vision de faire de Maurice une «Duty Free Island» a souffert de myopie. L’effet momentané de sa «décision historique» d’éliminer les droits de

[Editorial] Le duo tragi-comique de l’année

Si on se fie à la définition académique, une tragi-comédie est une œuvre dramatique qui allie la tragédie et la comédie. Où s’alternent des évènements graves et drôles qui aboutissent à un dénouement heureux. Si on doit retenir un duo tragi-comique au sein de notre paysage politique local, le choix semble évident : Pravind Jugnauth et Paul Bérenger. Après avoir roucoulé durant la période 2000-2005 avec la perspective d’un primeministership partagé

[Editorial] 2019 : L’année des procès et de la rupture

5, 4, 3, 2, 1, oublions tout. La parenthèse enchantée de la fin d’année s’ouvre. Pour deux semaines, ce sont les préparatifs de la période festive qui préoccuperont les Mauriciens et non les considérations quotidiennes du restant de l’année. Le monde de la politique n’échappe pas à la règle. Toutefois, deux hommes, Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam, sont sans doute d’humeur aussi studieuse que songeuse. C’est qu’à la même époque,

Ce que cache le discours de Bérenger

C’était un Paul Bérenger des grands jours. Aussi bien sur le fond que la forme, l’intervention du leader du MMM sur la proposition de réforme électorale du gouvernement a été de haute facture, ce 7 décembre. Le vieux briscard a offert, d’une part, une perspective historique intéressante sur l’évolution du processus électoral à Maurice depuis 1886. Tout en expliquant clairement – mais aussi sans acrimonie – les conditions qui doivent

Les questions autour de l’argent en politique

Difficile de dire le contraire. Sur le principe, l’élaboration d’une loi sur le financement des partis constituera une avancée considérable pour l’assainissement du cadre dans lequel fonctionnent nos formations politiques. Les propositions rendues publiques par le gouvernement ce vendredi doivent non seulement être débattues, mais également perfectionnées puis effectivement mises en œuvre. Car de nombreuses questions demeurent. Quelle aide publique ? La formule de remboursement partiel des frais de campagne par

Jugnauth, l’hyperactif législatif

Quelques articles de presse annonçaient déjà son départ. Les uns racontant que Pravind Jugnauth prend l’avion pour aller préparer l’affaire Medpoint devant le Privy Coucil. Les autres expliquant l’éclipse de l’astre solaire par un besoin de repos. Le Premier ministre sera toutefois toujours au pays demain et aussi la semaine prochaine. Pour la présentation prévue au Parlement du projet d’amendement constitutionnel portant sur la réforme électorale. L’agenda législatif du Premier

Le danger de la bataille numérique des législatives (II)

Le principe de la liberté d’expression a tout pour être englouti au moindre grain. Par temps calme il est déjà un casse-tête. Par gros temps, quand les affects les plus douloureux se déchaînent, il s’abîme, y compris parfois dans la bouche de ses défenseurs : on simplifie parce qu’on a tant besoin de simplifier on perd le sens des nuances et des «niveaux» (celui du droit stricto sensu, celui du choix

Le triste spectacle de la présidence

Il est sain d’exclure certaines institutions de la propension générale des Mauriciens de tout voir par le prisme de la politique. Le judiciaire est ainsi une des rares institutions à être perçue comme étant en dehors de la mêlée. A fortiori, il devrait en être de même pour la présidence. Car la Constitution confie au chef de l’Etat la responsabilité de «uphold and defend» la loi suprême de la République

Hindous/Créoles: La bataille pour la majorité

Malbar nou pa oule. Anvlope nou pa oule. Le slogan est tristement associé au PMSD qui avait élaboré la formule au tournant des années 1960 pour alimenter la peur de ceux qui craignaient «l’hégémonie hindoue» au lendemain de l’indépendance. Politiquement, la campagne a eu l’effet escompté : les élections de 1967 ont divisé le pays en deux camps ethniquement homogènes. L’effet sociétal a, lui, été aussi néfaste que durable. Des milliers

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>