Le sujet a été longuement abordé lors de la réunion de l’exécutif mauve d’hier. Ce jeudi, c’est encore une fois la question de la réforme électorale qui devrait être en haut de l’agenda d’un bureau politique spécial appelé par Paul Bérenger.

C’est ce jeudi que Rezistans ek Alternativ se présentera en Cour suprême pour défendre sa position dans le cadre de la Constitutional Plaint que le parti politique a déposé contre l’Etat. Celui-ci demande à l’Etat de mettre en pratique la recommandation du Comité des Nations unies au sujet du Best Loser System (BLS). L’instance internationale avait, en effet, demandé à l’Etat de proposer une « effective remedy » aux plaignants tout en précisant que « the State party is under an obligation to avoid similar violations in the future ».

Si le Privy Council a refusé de trancher la question, il a néanmoins suggéré à Rezistans ek Alternativ d’intenter un Constitutional Case contre le gouvernement pour contester la constitutionnalité d’un Best Loser System (BLS) qui empêche de facto quelqu’un refusant de déclarer son appartenance ethnique à être candidat aux élections générales.

Valeur du jour, l’Etat n’a que deux parades à sa disposition : maintenir le BLS mais en le basant sur un recensement ethnique renouvelé ou alors, le remplacer par un nouveau système. Ce qui a été le point de départ de toute la discussion enclenchée sur la réforme électorale. Et qui a conduit Navin Ramgoolam à ajourner le Parlement au 13 mai prochain. Il nous revient toutefois que le MMM se prépare à l’éventualité que l’Assemblée nationale ne reprenne pas mardi prochain. Suite à la prolongation de la période d’ajournement qui pourrait être décidée par le Premier ministre.

Ce serait là l’autre probable raison du bureau politique spécial du MMM. Car cette annonce, si elle a lieu, pourrait se faire d’ici jeudi après-midi.