« I am today announcing that the Government has decided against resettlement of the Chagossian people to the British Indian Ocean Territory on the grounds of feasibility, defence and security interests, and cost to the British taxpayer. » Le propos est signé de la ministre des Affaires étrangères et du Commonwealth du Royaume-Uni, la baronne Anelay of St Johns.

En contrepartie de sa fin de non recevoir aux demandes de retour des Chagossiens sur leur îles natales, le gouvernement britannique leur propose une aide de £40 millions (Rs 1,7 milliard) sur une période de… 10 ans. La baronne Anelay of St Johns précise que ce fonds d’aide vise à améliorer leur accès aux services de santé et sociaux. Mais aussi de leur permettre de mieux se former et de trouver des emplois.

La ministre annonce également que c’est de ce fonds que seront puisés les financements pour un « significantly expanded programme of visits to the British Indian Ocean Territory for Chagossians ».

Plus tôt dans la journée, Theresa May, la Premier ministre du Royaume uni, avait choisi de ne pas répondre à une question du leader de l’opposition britannique, Jeremy Corbyn, sur le sort des Chagossiens. Préférant le renvoyer au communiqué de la baronne Anelay of St Johns.

Le communiqué ne fait aucune mention des discussions en cours entre le Royaume uni et Maurice sur la souveraineté des Chagos. Lisez le texte ici.