Leurs salaires sont trop bas, disent les membres de la force policière fédérale brésilienne. En signe de protestation, ils menacent de faire grève avant et pendant le Mondial. Cette semaine, plusieurs walk-outs ont été organisés dans différentes villes dont certaines abriteront des matchs de la Coupe.

Selon Renato Deslandes, l’un des porte-parole des policiers, le mouvement de grève se poursuivra durant les prochaines semaines et même pendant la Coupe du monde de football si le gouvernement n’augmente pas les salaires en prenant en compte le taux d’inflation. Les policiers avancent ainsi que leurs salaires sont restés les mêmes alors que l’inflation n’a cessé d’augmenter.

Si le mot d’ordre est maintenu, c’est tout le Brésil qui risque de pâtir. Surtout avec les millions de touristes qui sont attendus pour assister à la grand-messe du foot en juin-juillet. La police de Bahia, un Etat du Nord, s’était mise en grève pour deux jours. Bilan : 39 personnes tuées et plusieurs vols signalés dans et aux environs de la ville de Salvador, capitale de l’Etat. Des troupes ont été déployées et le salaire des policiers a été augmenté, pour certains de 60 %.

La tenue prochaine de la Coupe du monde au Brésil a été l’occasion de nombreuses controverses de part et d’autre du pays. Comme les manifestations qui ont éclate l’année dernière lors de la Coupe des Confédérations, pour souligner les coûts du Mondial face à la pauvreté grandissante et des services sociaux peu fiables. Ou encore les raids violents des policiers dans les favelas dans une tentative de réduire le taux de criminalité.

Source : Mashable – Photo : Silvia Izquierdo/Associated Press