La presque totalité des investisseurs de Bramer Asset Management (BAM) éligibles pour un remboursement ont reçu leur argent. C’est ce qu’a affirmé le ministre Roshi Bhadain dans une déclaration au Parlement, ce mardi 12 juillet.

Sur 3 152 cas, 3 152 ont été repayés par le National Property Fund Ltd (NPFL). Les 25 restants sont à l’étranger, précise le ministre des Services financiers. Ils recevront leurs chèques « in due course ».

Pour ce qui est des souscripteurs au plan Super Cash Back Gold (SCBG), 16 287 sur 16 341 d’entre eux étaient éligibles pour un remboursement.

11 222 de ceux ayant investi moins de Rs 1 million ont été remboursés en totalité. Tandis que 179 ne sont pas encore venus récupérer leurs chèques.

Pour ceux ayant investi entre Rs 1 million et Rs 116 millions, 2 289 ont choisi l’option 1, proposée il y a quelques semaines. Soit le remboursement sur cinq ans du capital initial. Dans cette catégorie, 1 531 ont déjà été payés à hauteur de 20%, et 675 recevront leur dû par virement bancaire demain.

Les 83 restants recevront leur argent en temps voulu, « après avoir complété les formalités nécessaires », dit le ministre.

Ils sont 2 064 souscripteurs à avoir opté pour la seconde formule. 1 386 d’entre eux ont été remboursés jusqu’ici, tandis que 139 autres verront leurs comptes bancaires crédités de la somme due ce mercerdi 13 juillet. 539 clients n’ont pas encore complété les formalités.

Si, pour Bhadain, les paiements effectués jusqu’ici pour les investisseurs de BAM viennent « mettre un point final » à ce problème, ce n’est pas l’avis de tous parmi les principaux concernés. Certains d’entre eux seront ainsi aux côtés de Salim Muthy et de clients de SCBG, demain, pour une marche pacifique dans les rues de la capitale. Ils protestent contre les modes de paiement imposés, dont les déductions de bonus et de capital.

Photo : Des clients de SCBG faisant la queue devant les locaux de la NPFL, le 22 juin, pour récupérer leurs investissements de moins de Rs 1 million.

Les dossiers en suspens à la FIU

L’analyse des dossiers des clients de BAM et de SCBG dans le cadre de l’exercice de remboursement a révélé des cas douteux. 212 pour le premier et 533 pour le second. 503 cas sont toujours à l’étude.
Ceux qui ne relèvent pas de cas douteux seront renvoyés, au fur et à mesure, au NPFL pour les procédures de remboursement. 148 autres cas ont déjà passé ce cap.
Pour ce qui est des clients étrangers, 83 cas seront référés aux autorités compétentes pour des vérifications plus poussées.
Suite aux contrôles de la FIU sur la provenance des fonds, l’Integrity Reporting Agency enquête sur 5 cas de richesse inexpliquée.
L’examen approfondi mené par la FIU, a indiqué Bhadain au Parlement, a mis au jour « plusieurs cas » où il pourrait y avoir eu évasion fiscale, usage de prête-noms et infraction à la Dangerous Drugs Act, à la Copyright Act, à la Prevention of Corruption Act, à la Good Governance and Integrity Reporting Act.