Le point de presse n’a duré que quelques minutes. Et contrairement à son habitude, Arvin Boolell y est apparu déterminé et assumant ouvertement la posture du patron chez les travaillistes. Pour cause, le porte-parole des rouges a expliqué que le bureau politique lui a confié, à l’unanimité, « les pleins pouvoirs » pour mener le parti lors de la campagne des élections municipales et trancher la question du choix des candidats. C’était à l’issue de la réunion de l’exécutif du PTr, ce mardi.

La question du leadership, qui devait être tranchée lors d’un congrès spécial, n’est pas à l’ordre du jour immédiat, a précisé Arvin Boolell. Celui-ci explique même qu’il a recommandé que le congrès soit organisé à l’issue des élections municipales. Interrogé par ION News sur la récente proposition qui lui a été faite par l’Union africaine (UA), Arvin Boolell a révélé qu’il en rediscutera plus tard avec ses amis de l’UA.

L’organisation internationale a proposée à Boolell d’être son ambassadeur dans la région des Grands Lacs en Afrique, avec résidence à Bujumbura au Burundi. Toutefois, l’ancien ministre des Affaires étrangères affirme que son « lonbri dan Parti travayis ». Laissant entendre que son départ n’est pas acquis. Selon les informations d’ION News, Boolell aurait placé dans la balance son départ pour l’Afrique. Faisant comprendre au bureau politique rouge qu’en l’absence d’une posture claire sur le remplacement de Navin Ramgoolam au poste de leader, il n’aurait d’autre choix que d’accepter la proposition de l’UA. Au lieu de continuer à jouer les seconds couteaux à Maurice.

Évoquant les municipales, Arvin Boolell affirme que son parti est déjà en ordre de bataille. Ainsi, il explique que la liste des candidats de son parti dans les 8 wards de Port-Louis est déjà prête. Les candidatures dans les autres villes sont également en train d’être finalisées, a confié le porte-parole des rouges. Devant ce qu’il considère être les turpitudes du gouvernement, Boolell affirme que le PTr a de bonnes chances lors des municipales.