Pour Roshi Bhadain, le Conseil des ministres du 23 janvier 2015 avait déjà délibéré sur la manière dont les conseils d’administration et les directions d’entreprises et d’institutions doivent travailler ensemble. A l’issue de sa rencontre avec l’ancien CEO d’Air Mauritius, le ministre de la Bonne gouvernance dit avoir constaté des « manquements énormes » au sein de l’entreprise par rapport aux principes déjà adoptés.

Le conseil d’administration d’Air Mauritius pourrait-il revenir sur sa décision ? Bhadain répond prudemment, estimant que c’est à elle de voir. Si le ministre admet que c’est de son propre chef qu’il rencontre Megh Pillay, il précise toutefois qu’il informera le Conseil des ministres de la teneur de ses discussions.

L’ancien CEO d’Air Mauritius, qui demeure encore directeur au sein du conseil d’administration de l’entreprise, estime que les principes de la bonne gouvernance ne sont pas respectés au sein de l’entreprise. Si son départ doit donc servir à quelque chose, espère Pillay, c’est à la consolidation des principes de gouvernance au sein de la ligne aérienne nationale.