Le leader de l’opposition ne conteste pas la légalité de l’accession de Pravind Jugnauth au poste de Premier ministre suite au départ prématuré de Sir Anerood Jugnauth. Toutefois, Paul Bérenger pense que cela serait « moralement inacceptable », car cette éventualité n’avait pas été clairement communiquée aux Mauriciens lors de la campagne électorale de 2014.

Le chef du MMM se dit toutefois en faveur d’un départ rapide du Premier ministre actuel, après l’aveu de celui-ci à l’effet qu’il écourtera son mandat. Néanmoins Bérenger affirme qu’au lieu de céder sa place au leader du MSM, SAJ devrait plutôt rappeler le pays aux urnes.