Paul Bérenger s’étonne de la coïncidence qui fait qu’Àlvaro Sorbrinho est au pays pile au moment où la commission sur les agissements d’Ameenah Gurib Fakim enchaîne les auditions. Si le leader du MMM critique ce qu’il considère être une posture politique de Yousuf Mohamed, il n’en oublie pas non plus les numéros un et deux du gouvernement.

Le chef des mauves estime ainsi que la commission composée des juges Caunhye, Devat et Gaitree Jugessur-Manna n’aura d’autres choix d’appeler le Premier ministre comme témoin. Car celui-ci a déjà dit détenir des informations sérieuses sur l’ancienne présidente. De même, Bérenger pense que Collendavelloo doit être entendu puisqu’il aurait, selon lui, «donné des directives» à celle qui était encore présidente de la République.

Bérenger se montre aussi très sévère à l’égard du PMSD. Pour lui, Xavier Duval ainsi que deux autres cadres de son parti ont encouragé Ameenah Gurib-Fakim à mettre sur pied une commission d’enquête de son propre chef, alors que la Constitution ne prévoit pas cela.

Par ailleurs, le chef du MMM a également critiqué les attaques des membres du gouvernement à l’égard de Paul Lam Shang Leen. Une attitude, qui selon Bérenger, ne peut qu’avoir été cautionnée par le Premier ministre.