Méfiance et scepticisme. Le leader du MMM dit ses sentiments par rapport à l’Independent Commision against Corruption et la police. Pour Paul Bérenger, les deux institutions n’arrivent pas à travailler de manière indépendante car sir Anerood Jugnauth y pratiquerait une « ingérence politique » intempestive. Il en veut pour preuve la réponse du Premier ministre à sa Private Notice Question de mardi dernier, au Parlement.

Le chef de l’opposition va jusqu’à dresser un parallèle avec le gouvernement précédent. Auparavant, juge-t-il, des personnes étaient arrêtées pour des raisons politiques. Aujourd’hui, dénonce Bérenger, des arrestations sont stoppées pour les mêmes raisons.

Le leader des mauves a également rendu public un projet de Constitution du MMM qui remplacera l’existant après débats dans les différentes instances du parti. L’avenir du parti et son fonctionnement seront d’ailleurs au centre d’une journée de réflexion qu’organise le MMM, le 1er-Mai.