Le leader du MMM l’admet: il a sa part de responsabilité dans ce qui arrive actuellement chez les mauves. C’est notamment son attitude consistant à « evit lamerdman a tou pri », qu’il dit être à l’origine du malaise.

Tirant les leçons de cette situation, mais aussi de «l’hystérie » des « palabres » voire du « communalisme » dont serait victime l’actuelle direction collégiale, Paul Bérenger dit s’en remettre aux deux instances de décision du parti. Ainsi à l’issue de la réunion du comité central de ce samedi après-midi, cet instance devrait se réunir à nouveau ce vendredi 20 mars pour se prononcer à bulletin secret sur l’actuelle direction. Ceci fait, l’assemblée des délégués sera appelée à faire le même exercice dimanche prochain.

Censurée, l’actuelle direction cèdera la place à une nouvelle. Maintenue, Paul Bérenger entend entamer une série d’actions et de réflexions pour assurer « la relance » du parti et ainsi mieux le préparer aux prochaines élections régionales ainsi qu’à « l’après SAJ »

A l’heure des questions, le leader des mauves a évoqué son tête-à-tête avec Narendra Modi, ce jeudi. Il a dit avoir été touché par sa rencontre avec le chef du gouvernement indien. Avec qui il dit avoir discuté de la situation par rapport aux Chagos et à Agaléga.