Le leader de l’opposition est catégorique. Après avoir dénoncé à juste titre les dérives sous le régime de Navin Ramgoolam, le gouvernement actuel adopte plus ou moins la même attitude que celle de l’ancien Premier ministre. Paul Bérenger a ainsi estimé que plusieurs institutions dont la police et les conseils d’administration de banques et d’entreprises comme Air Mauritius ont été politisées.

Critiquant Sir Anerood Jugnauth, Bérenger estime que celui-ci n’est pas en contrôle de son gouvernement. Il en veut pour preuve l’attitude du Premier ministre à l’égard de Xavier Duval, qu’il estime en partie responsable de la situation par rapport aux dossiers Betamax, Air Mauritius et BAI. Par ailleurs, Bérenger a sévèrement critiqué la proximité entre Rakesh Gooljaury et le pouvoir actuel. L’homme d’affaires controversé avait été très critiqué par le MSM alors que Navin Ramgoolam était au pouvoir. Or, remarque Bérenger, Vishnu Lutchmeenaraidoo se refuse à nommer Gooljaury comme étant l’un des clients douteux de la Mauritius Post and Cooperative Bank.

Abordant les prochaines élections municipales, le patron des mauves estime que son parti est prêt. Le MMM ira d’ailleurs s’enregistrer mardi prochain à la commission électorale pour le scrutin du 14 juin. La semaine suivante, ce sont les 120 candidats du MMM qui seront présentés à la presse.