Si le leader de l’opposition accueille favorablement la décision du gouvernement d’instituer un comité ministériel sur la réforme électorale, il nourrit que très peu d’espoir sur l’issue de ses travaux. Car selon Paul Bérenger, l’ampleur de la tâche qui attend le comité présidé par Xavier Duval l’empêchera de proposer des changements législatifs pouvant être mis en œuvre. Les questions de la réforme électorale et du financement politique, explique Bérenger, sont différentes de nature.

Paul Bérenger a également estimé que loin d’être positif, la mission du Fonds monétaire international a tiré la sonnette d’alarme de « manière diplomatique » sur la situation économique du pays. Le chef de l’opposition estime ainsi que le gouvernement manque de volontarisme, comptant avant tout sur le secteur privé pour relancer l’investissement dans le pays.