Consulté par le Premier ministre, le leader de l’opposition s’est opposé à la nomination de Navin Beekarry à la direction générale de la Commission anticorruption. Paul Bérenger estime que c’est la performance, qu’il juge insatisfaisante, de ce dernier à la tête de l’institution jusqu’en 2005 qui a motivé son refus.

Le leader du MMM concède qu’il n’a pas limogé Beekarry à partir de fin 2003 par déférence pour son partenaire de l’époque, le MSM. Bérenger prévient toutefois : des « dossiers » du passé du nouveau directeur de l’Independent Commission against Corruption pourraient refaire surface. Ce qui conduit le chef des mauves à suggérer à Navin Beekarry de se retirer.

Le leader de l’opposition a, par ailleurs, sévèrement critiqué sir Anerood Jugnauth pour ce qu’il considère comme étant un manque d’égard envers les magistrats mais aussi au directeur des poursuites publiques. Maya Hanoomanjee a également été blâmée par le leader de l’opposition pour avoir interdit l’accès au Parlement à Touria Prayag durant quatre séances. C’est un article d’opinion de la rédactrice en chef du magazine Weekly qui a conduit à la sanction de la Speaker de l’Assemblée nationale.