Pour le leader de l’opposition, le gouvernement n’a pas de quoi se réjouir de son bilan après un an de pouvoir.  Si d’une part, Paul Bérenger estime que l’Alliance Lepep n’a pas su solutionner des dossiers comme celui de la BAI, il estime d’autre part que Sir Anerood Jugnauth ne respecte pas suffisamment les institutions en reléguant, selon lui, la présidence à la fonction de « rubber stamp ».

Interrogé sur les sujets d’actualité, Paul Bérenger a ironisé sur les divergences entre Sir Anerood Jugnauth  et Pravind Jugnauth, notamment sur la réintégration de Danièle Selvon au MSM et l’accession compromise de Menon Murday à la vice présidence. Par ailleurs, le leader du MMM a appelé la presse être moins sensationnaliste notamment par rapport au Mauricien devenu propagandiste pour Daech.