L’accord des britanniques pour un retour dans l’archipel n’est pas indispensable. C’est bien pourquoi Olivier Bancoult prévient : « qu’on nous tue s’il le faut, nous irons aux Chagos d’un moment à l’autre ».

Les Chagossiens ne veulent pas du fonds d’aide de Rs 1,7 milliard que leur propose le gouvernement britannique. C’est le principal message de la lettre que le Groupe Réfugiés Chagos a déposé au Haut-Commissariat britannique, ce mercredi 25 janvier.

Olivier Bancoult, leader du GRC, précise toutefois que les Chagossiens réclament que le Royaume-Uni dédommage les descendants des personnes vivant auparavant dans l’archipel pour les préjudices subis.