Le sort d’Amoordalingum Pather, l’actuel directeur de la Mauritius Broadcasting Corporation, est scellé. Son remplaçant, nous assure-t-on du côté de l’Hôtel du gouvernement, va être nommé très prochainement. La décision sera probablement entérinée lors de la réunion du Conseil des ministres de ce vendredi 14 avril.

L’actuel patron de la MBC aura alors probablement une dizaine de jours pour assurer le passage de témoin avec son successeur le plus probable : Mekraj Baldowa. Ce cadre du secteur des assurances troquera son poste de président du conseil d’administration de la radiotélévision nationale contre celui de directeur général. Il sera épaulé dans sa tâche par un directeur général adjoint choisi parmi les cadres actuels ou passés de la MBC.

Si c’est un membre de la rédaction actuelle qui a la faveur du personnel, un autre cadre technique croit également en ses chances. Il nous revient toutefois c’est un ancien de la maison, particulièrement actif sur le front social, qui pourrait leur ravir le poste. Afin notamment d’assurer un certain équilibre ethnique à Moka.

A l’Hôtel du gouvernement, Amoordalingum Pather ne semble sujet à aucune animosité particulière. On y déplore néanmoins l’incapacité de l’actuel directeur général à moderniser la radiotélévision nationale et de l’aider à mieux affronter le nouvel environnement concurrentiel des médias marqué par l’essor des sites web d’information et des web TV.

Le personnel de la MBC accueille cet énième changement de direction avec circonspection. Si Baldowa ne semble pas souffrir d’une mauvaise image, on souhaite surtout qu’il affiche une certaine indépendance vis-à-vis du pouvoir. Et qu’il prenne des décisions drastiques notamment sur certains programmes de télévision. Comme, par exemple, l’annulation pure et simple du Morning Show, une émission qui ne fédère qu’une très faible audience chaque matin mais qui nécessite, par contre, des moyens techniques et humains importants. Ou encore mettre au placard des projets de nouvelles émissions comme Back Home, une émission quotidienne de 17h30 à 19h30.

D’autres sont toutefois plus critiques, voyant l’arrivée de Baldowa comme rappellant un peu trop ce qui s’est passé à  l’Independent Broadcasting Authority où la chairperson Youshreen Choomka a été propulsée au poste de directrice. Plus fondamentalement, au-delà de la personne du nouveau directeur général, certaines voix à la MBC exigent l’élaboration d’une vraie stratégie éditoriale sur le moyen terme. Une initiative qu’aucun des récents patrons de la radiotélévision nationale n’a pris, se désole-t-on à Moka.