La tâche et les attentes, explique la directrice de l’Audit, sont tellement importantes que le bureau de l’Audit doit augmenter son personnel aussi bien en nombre qu’en compétences pour pouvoir relever les défis de surveiller les dépenses des institutions publiques. Dans son rapport couvrant la période 1 janvier 2015 au 30 juin 2016, Kwe Chow Tse Yuet Cheong relève un nombre considérable de mauvaises pratiques voire d’irrégularités dans les administrations.

Abonnée aux critiques, la police est de nouveau montrée du doigt. Notamment au Northern District Headquarters où les recettes perçues par chèque et en cash sont soupçonnées de n’avoir jamais trouvé la voie des caisses de la Police. Le bureau de l’Audit relève ainsi que quelques Rs 22,7 millions de recettes semblent avoir disparu dans la nature. Réponse de la Police : l’affaire est en train d’être référée au Central Criminal Investigation Department. Ailleurs, c’est le contrat d’approvisionnement en carburant d’avion [JET A1] qui est critiqué. Avec un paiement excédentaire de Rs 10 millions au fournisseur dont le contrat d’approvisionnement avait déjà… pris fin. Autre incongruité : le fait que 2 véhicules sur 3 du VIP Pool de la Police restent inutilisés 70% du temps.

Au ministère de l’Education, c’est le manque de planning qui est montré du doigt. Avec notamment des infrastructures construites au coût de Rs 750 millions mais qui sont demeurées inutilisées pendant presque un an faute de Rs 75 millions de budget nécessaire pour compléter l’école polytechnique. Le cafouillage sur la mise en œuvre du nouveau Primary Curriculum Framework a aussi généré du gaspillage. L’impression en deux fois des manuels de Standard V pour les réadapter au Nine Year Schooling a coûté Rs 2 millions.

A la Santé, la gestion des heures supplémentaires est identifiée comme un problème de taille. Ainsi, durant la période janvier 2015 à juin 2016, Rs 9,15 milliards ont été dépensées en salaires et indemnités à la Santé. Or Rs 1,7 milliard de cette somme ont été utilisées pour payer des heures supplémentaires. Le bureau de l’Audit s’alarme même du fait que 726 employés, c’est-à-dire 6% du staff du ministère, ont perçu Rs 250,8 millions d’heures supplémentaires et d’indemnités. Une somme qui représente 463% de leur salaire de base.

Mauritius National Audit Office Report 2016 by ION News on Scribd