Les placements bancaires ne sont pas la seule façon de faire fructifier son argent. L’investissement en Bourse, estime Sudhir Sesungkur, est une option à laquelle le «public moyen» peut aussi souscrire. Sauf qu’il n’a pas toujours accès à l’information boursière ni les clés pour les comprendre, relève le ministre des Services financiers.

Celui-ci se dit ainsi résolument dans une démarche de «démocratisation». Une réunion a ainsi été organisée avec la Stock Exchange of Mauritius, des courtiers et la MBC pour la diffusion régulière d’émissions sur les marchés et les cours notamment.